La vérité est ailleurs

Le chaos du monde ne naît pas de l'âme des peuples, des races ou des religions, mais de l'insatiable appétit des puissants. Les humbles veillent!

Informations & désinformation

Tenter de discerner le vrai du faux n’est pas toujours aise…surtout lorsque l’on prend conscience que les médias traditionnels ne font qu’obeir à leurs maitres !

Ce discret décret qui va accélérer la construction de la tour Triangle à Paris! Avec en sus un délit de favoritisme! Epatant comme ceux qui nous assène de respecter les lois ont tant de facilités à les contourner, non?

Ce discret décret qui va accélérer la construction de la tour Triangle à Paris dans le XVe arrondissementarrondissement ! Délit de favoritisme , conflits d’intérêts. ..

Le projet de la tour Triangle dans le XVe arrondissement de Paris
Le projet de la tour Triangle dans le XVe arrondissement de Paris Crédits photo : Herzog & de Meuron

Le gouvernement vient de publier un décret pour accélérer les constructions proches des sites olympiques en vue des JO 2024 de Paris. La contestée tour Triangle qui devrait voir le jour d’ici 2021 dans le XVe, en fait partie.

À Paris, dès qu’il est question de tours, la contestation ou le flou ne sont pas loin. C’est le cas des tours jumelles de La Défense dont on ne sait toujours pas si elles verront le jour, des tours Duo de l’architecte Jean Nouvel (dans le XIIe), de la future plus haute tour de France longtemps contestée et finalement validée (à La Défense) mais aussi de la Tour Triangle (dans le XVe) qui était restée un peu au placard.

» LIRE AUSSI – Tour Triangle: la mairie de Paris accusée de favoritisme

Situé place de la porte de Versailles, le projet, qu’Unibail doit bâtir d’ici 2021, avait été approuvé en juin 2015 par le Conseil de Paris. Mais début 2018, plusieurs associations ont déposé une plainte contre la ville de Paris qui aurait accordé un permis de construire sans mise en concurrence. Pour accélérer la construction de cette tour censée être livrée avant les Jeux olympiques de 2024à Paris, le gouvernement vient de publier discrètement un décret (14 février), repéré par le Journal du Grand Paris.

Le texte ne mentionne pas le nom de la tour Triangle mais «un projet immobilier situé du 4 au 30 avenue (et non pas rue comme précisé dans le décret) Ernest-Renan dans le XVe arrondissement de Paris», ce qui correspond à la future adresse de la réalisation signée par les architectes suisses Herzog & de Meuron (voir la carte ci-dessous). La tour Triangle va bénéficier des procédures d’urbanisme accélérées et simplifiées prévue par un décret du 26 juin 2018 relatif à la loi dite «olympique» (du 26 mars 2018) pour les équipements des Jeux olympiques 2024. Pour quelle raison? Parce qu’il s’agit d’une «construction située à proximité immédiate d’un site nécessaire à la préparation, à l’organisation ou au déroulement des Jeux olympiques ou paralympiques». Paris Expo accueillera ainsi les compétitions de handball et de tennis de table.

Tour de 42 étages

Ainsi, les durées maximales d’implantation sont fixées à 18 mois pour ce type de réalisations voire 14 mois si elles se situent «dans le périmètre d’un site classé ou en instance de classement». Également parmi ces procédures, l’application d’un permis à double état. Ce document permet une reconversion rapide des infrastructures prévues pour les JO. «Il ne sera donc pas nécessaire d’obtenir un second permis pour parvenir à la reconversion des bâtiments en logements car elle sera déjà prévue par le biais de ce permis à double état (temporaire et définitif), explique Patrice Anato, député de la troisième circonscription de Seine-Saint-Denis (93). L’objectif est de permettre une meilleure accessibilité au logement.»

Pour l’heure, la tour Triangle, édifice de 42 étages qui culminera à 180 mètres de haut, comporte un hôtel quatre étoiles de 120 chambres avec un «sky bar», mais aussi 2200 mètres carrés d’espaces de coworking, des restaurants et un équipement culturel de 540 m². Et pas encore de logements.
Publicités

« Baissez d’un ton Mr Ruffin »! Hallucinant, alors qu’il dénonce avec force la vente prochaine et inacceptable d’ADP à Vinci.. via les visites nocturnes privées a l’Élysée de ce dernier, il se fait rabrouer vertement! A voir et partager..

« Baissez d’un ton Mr Ruffin » vidéo a voir absolument!  Hallucinant!

Alors qu’il dénonce avec force la vente prochaine et inacceptable d’ADP à Vinci.. via les visites nocturnes privées à l’Élysée de ce dernier, il se fait rabrouer vertement, et même traiter de « Théoricien du complot » par Lemaire la girouette droite gauche qui donne des leçons à  tout va , on croit rêver , ou plutôt cauchemarder…

4 mn pour décider du sort d’une entreprise publique qui marche très bien et rapporte beaucoup d’argent à l’État,  et qui va être bradée au privé!

Mais qu’on nous explique pourquoi vendre une fois encore un fleuron de nos entreprises françaises??

Vider l’État de toutes ses entreprises publiques et ses services publics dans leur ensemble est l’unique feuille de route de Macron,  peu importe les dégâts collatéraux, c’est a dire les français , il a été mis en place dans ce but et çà creve les yeux depuis le début !

A ceux qui n’ont toujours pas compris sa « stratégie « , je dirai seulement  » lorsque le sage montre la lune,  l’idiot regarde le doigt « …

 

 

 

 

 

Information judiciaire sur la mort d’une octogénaire après un tir de lacrymogène La Rédaction avec AFP Il y a 1 heure!

Information judiciaire sur la mort d’une octogénaire après un tir de lacrymogène

La Rédaction avec AFP Il y a 1 heure

Plusieurs semaines après la mort d’une octogénaire, touchée par un tir de grenade lacrymogène en marge de manifestations des «gilets jaunes» à Marseille, une information judiciaire a été ouverte.

© CHRISTOPHE SIMON / AFP
Une information judiciaire a été ouverte à Marseille après la mort à l’hôpital en décembre 2018 d’une octogénaire, touchée la veille chez elle par un tir de grenade lacrymogène en marge de manifestations, a appris l’AFP samedi auprès du parquet. Cette enquête menée par un juge d’instruction a été «ouverte pour recherche des causes de la mort» et est «toujours en cours», a précisé à l’AFP le procureur de la République de Marseille, Xavier Tarabeux.
Après le décès de cette Algérienne à l’hôpital, le parquet avait saisi l’IGPN, la police des polices, dans le cadre d’une enquête préliminaire. Mme Redouane, hospitalisée après avoir été blessée «par des éléments d’une grenade lacrymogène», était morte «d’un choc opératoire», avait expliqué le parquet après son autopsie. «Le choc facial (n’est) pas la cause du décès», mais bien «un arrêt cardiaque sur la table d’opération», avait-il précisé.
Samedi, des proches de la victime, dont sa fille Milfet qui avait fait le voyage depuis Alger, ont déposé des fleurs devant l’immeuble où elle vivait, au coin de la Canebière. «On n’oublie pas et on cherche toujours la vérité jusqu’à ce que justice soit faite», a déclaré Milfet Redouane, 42 ans, très émue, vêtue d’un T-shirt et arborant un pendentif ornés du portrait de la victime. «Il est trop tôt pour savoir quelles sont les responsabilités, une enquête est en cours et il ne faut pas précipiter les choses», a-t-elle ajouté.
La voisine l’a trouvée « en sang, défigurée »
L’octogénaire fermait les volets de son appartement au quatrième étage lorsqu’un projectile avait heurté son visage. Des plots de grenade avaient été retrouvés chez elle. «Elle m’a dit qu’elle avait reçu la grenade alors qu’elle fermait sa fenêtre à cause des lacrymogènes», a témoigné lors du rassemblement de samedi sa voisine d’en-dessous, Nadia Takouche, qui lui avait alors apporté assistance. La victime lui aurait dit «un agent de police m’a visée», affirme ce témoin. «Je l’ai entendue frapper le sol avec ses pieds et crier « au secours »», a-t-elle poursuivi, précisant s’être alors précipitée chez sa voisine et l’avoir trouvée «en sang, défigurée, dans un appartement rempli de poussière».
L’immeuble de Mme Redouane donne sur une rue étroite, au coin de la Canebière. Des incidents violents y avaient éclaté après une journée où s’étaient mêlées plusieurs manifestations, «gilets jaunes», CGT, et militants contre l’habitat insalubre dans la cité phocéenne.