La vérité est ailleurs

Le chaos du monde ne naît pas de l'âme des peuples, des races ou des religions, mais de l'insatiable appétit des puissants. Les humbles veillent!

Religions

Russie : La construction d’une cathédrale fait polémique, Poutine propose un sondage des riverains! Y en a qui devraient en prendre de la graine, non?

Publicités

Dans la Syrie en guerre, l’ancêtre de Notre-Dame de Paris! Bien avant Notre-Dame de Paris, il y avait en Syrie une petite église du Ve siècle à l’architecture préfigurant celle de la célèbre cathédrale. Article émouvant dans ce pays en guerre!

Dans la Syrie en guerre, l’ancêtre de Notre-Dame de Paris

Lecture

Une petite église du Ve siècle à l’architecture préfigurant celle de la célèbre cathédrale.© AFP.

Bien avant Notre-Dame de Paris, il y avait en Syrie une petite église du Ve siècle à l’architecture préfigurant celle de la célèbre cathédrale. Entourées par les maisons basses du village de Qalb Lozeh, les ruines de l’église tiennent toujours debout malgré le conflit qui ravage le pays depuis 2011.

Une entrée arquée flanquée de deux beffrois carrés, des corniches sculptées de fleurs et de croix, une nef qui a perdu sa voûte. Bien avant Notre-Dame de Paris, il y avait en Syrie une petite église du Ve siècle à l’architecture préfigurant celle de la célèbre cathédrale.

Entourées par les maisons basses du village de Qalb Lozeh, dans le nord-ouest syrien, les ruines de l’église tiennent toujours debout malgré le conflit qui ravage le pays depuis 2011.

Avec des pierres aux tons légèrement rosés, le bâtiment est considéré comme un fleuron de l’architecture byzantine, qui devait inspirer quelques siècles plus tard les bâtisseurs des cathédrales romanes et gothiques à travers l’Europe du Moyen-Age.

« Il s’agit du premier exemple connu d’une façade à deux tours flanquant une entrée arquée très élaborée, précurseur de ce qui allait être connu comme le style roman », confirme à l’AFP Diana Darke, experte culturelle du Moyen-Orient.

L’église de Qalb Lozeh fait partie d’une quarantaine de villages classés par l’Unesco au patrimoine mondial de l’Humanité. Ils « offrent un témoignage remarquable des modes de vie ruraux et villageois de l’Antiquité tardive et de l’époque byzantine », selon le site Internet de l’organisation.

En 2013, avec les batailles qui déchirent la Syrie, ces villages seront inscrits sur la liste du patrimoine en péril.

Comment une église en Syrie est-elle liée à Notre-Dame de Paris, un joyau de l’art gothique dont la construction a débuté au XIIème siècle ?

« Les marchands, les pèlerins et les moines se sont déplacés constamment entre cette région et l’Europe durant des siècles »explique Mme Darke.

Qalb Lozeh était notamment une étape importante sur le chemin emprunté par les visiteurs se rendant à la basilique de Saint Siméon le Stylite, dans le nord de la Syrie, selon elle.

« Ce n’est donc pas une surprise que les styles fassent leur chemin graduellement vers l’Europe, même avant les Croisés du XIIe siècle », ajoute l’experte.

« Symbole de culture »

Tout au long du conflit syrien, plusieurs sites archéologiques ont souffert de pillages et de destructions. Palmyre, site antique de plus de 2.000 ans, mais aussi la vieille ville d’Alep, font notamment partie des sites classés en danger par l’Unesco et qui ont souffert.

Qalb Lozeh se trouve dans la province d’Idleb, dominée par Hayat Tahrir al-Cham, organisation jihadiste créée par l’ex-branche syrienne d’Al-Qaïda.

Lors d’une visite sur le terrain, l’historien syrien Fayez Kawsara pointe du doigt les arcs et les sculptures des frises et des corniches qui décorent l’église.

« Celui qui étudie l’art gothique, en particulier les églises gothiques, constatera que ce style architectural a voyagé en Europe » depuis la Syrie, estime-t-il.

« La principale preuve de cela c’est (…) la cathédrale de Notre-Dame », assure-t-il.

L’église abandonnée, bien plus petite en taille que Notre-Dame, a perdu il y a très longtemps sa toiture. Sur les murs, des visiteurs des temps modernes ont griffonné des inscriptions. Les enfants du village en ont fait leur terrain de jeu, grimpant sur les fenêtres en arc. Le bâtiment n’a toutefois pas souffert du conflit.

Mais Issam Ibrahim, qui vit à Qalb Lozeh, reconnaît que le site historique est négligé depuis le début du conflit. « Il n’était pas protégé », assure-t-il. « Ce sont les habitants du village qui ont décidé de se charger de sa protection. »

Wissam Mohammad, un autre habitant, vante la valeur du vestige architectural. « Pour nous, ce n’est pas juste un amoncellement de vieilles pierres », dit-il. « C’est un symbole de la culture syrienne. »

À LIRE AUSSI

⋙ Notre-Dame de Paris : Viollet-le-Duc, l’architecte qui fit de la cathédrale un chef-d’œuvre

⋙ Incendie de Notre-Dame : en Dordogne, seize statues « miraculées »
⋙ Des chênes pour Notre-Dame: la forêt française se mobilise

Cinq églises dégradées en une semaine ! Eric Martin 26 avril 2019 Histoire de comprendre, NLH – Et pendant ce temps 3 Commentaires De quoi faire réagir Ouest-France : En une semaine, 5 églises ont été ciblées par des dégradations. Christ en croix et statue de la vierge renversés au sol, vase brisé, hosties jetées… La plupart des […]

via Cinq églises dégradées en une semaine ! — Ombre43

L’incendie de Notre-Dame va-t-il profiter aux projets délirants de transformation de la Cité ? A la lecture de cet article on comprend bien que tout était déjà ficelé d’avance, les généreux donateurs ont tellement à y gagner maintenant!

L’incendie de Notre-Dame va-t-il profiter aux projets délirants de transformation de la Cité ?

Publié par wikistrike.com sur 27 Avril 2019, 07:53am

Catégories : #Culture – médias – Livres – expos – rencontres#Religion – pensées#Economie

L’incendie de Notre-Dame va-t-il profiter aux projets délirants de transformation de la Cité ?

Sur Facebook, l’abbé Pierre Vivarès, curé de Saint Paul Saint Louis, met en garde contre les rapaces qui pourraient profiter de la restauration de la cathédrale Notre-Dame :

« La maire de Paris a “vendu” le parvis de Notre Dame à Auchan et Unibail pour créer le projet des deux îles, après le départ du Palais de justice, du quai des Orfèvres et de l’appauvrissement de l’Hôtel Dieu« .

20 Minutes dénonce cette rumeur tout en confirmant qu‘il y a bien eu une étude commandée par François Hollande à l’architecte Dominique Perrault et Philippe Bélaval, président du Centre des monuments nationaux, sur « ce que pourrait être la place de l’île de la Cité à l’horizon des vingt-cinq prochaines années. »

Ces rumeurs autour de la transformation du parvis de Notre-Dame ont connu un regain d’intensité après l’entretien de Dominique Perrault dans Le Point, le 23 avril, dans lequel il vantait de nouveau les mérites de ce projet…

Alors : enterré ou pas enterré ce projet ?…

Ce site fait le point des ambitions architecturales et commerciales de certains et cela n’est pas fait pour nous rassurer…

Ce fameux rapport de 2016, bien réel, prévoyait :

  • 100 000 m² créés – (ayant une valeur foncière dépassant le milliard d’euros),
  • La privatisation du patrimoine publique (47% de foncier est détenu par le public) –  (plusieurs centaines de millions d’euros),
  • Monétisation du flux du premier site touristique de France – (plusieurs centaines de millions d’euros pour 15 millions de visiteurs annuels),

Le rapport faisait les constats suivants :

  • “centre névralgique au cœur de Paris – dans toutes les acceptions du terme : géographique, historique, administrative, patrimoniale, touristique, spirituelle – l’Île de la Cité ne parvient pourtant pas à incarner cette fonction de cœur battant de la ville, et encore moins de la métropole”.

    L’île de la Cité n’est plus qu’un labyrinthe de citadelles administratives“.

  • ce territoire insulaire de 22 hectares est le moins dense de Paris si on considère son nombre d’habitants.

    « Sur un millier d’habitants, à peine 300 sont des résidents permanents. Les autres sont des occupants de passage car l’effet Airbnb ici joue à plein », souligne Philippe Bélaval.

  • Notre-Dame de Paris reçoit aux alentours de 13 à 14 millions de visiteurs par an, ce qui fait par conséquent d’elle le monument le plus visité de Paris. Les tours de Notre-Dame et la Conciergerie avoisinent ou dépassent les 500 000 visiteurs annuels tandis que la Sainte Chapelle est découverte par plus d’un million de personnes chaque année. L’architecte déplore surtout que les 14 millions de touristes qui visitent chaque année la cathédrale (non sans avoir fait la queue sur le parvis, mesures de sécurité obligent) ne soient pas véritablement accueillis.
  • l’État est propriétaire de 57 % des espaces tandis que la Ville de Paris possède quant à elle 43 % du site.
  • “l’emplacement stratégique et la rareté des fonciers de l’île permettent d’envisager des projets uniques et ambitieux, capables de contenter si bien le privé que la personne publique. “

Aussi, les deux architectes proposent de “créer environ 100 000 m² nouveaux ayant une valeur foncière dépassant le milliard d’euros, sans transformation radicale”. Comment ? En construisant une dizaine de couvertures de verre et d’acier au-dessus des nombreuses cours intérieures.

Parmi les 35 propositions du rapport, ils avancent notamment un projet révolutionnaireUne gigantesque dalle transparente à la place du parvis de Notre-Dame ! Le parvis de Notre Dame, long de 135 m et large de 100 m, serait recouvert d’une immense dalle de verre au-dessus de la crypte archéologique ; aux pieds de la cathédrale, un débarcadère et des plates-formes flottantes accueillants piscine, cafés, restaurants, salles de concerts ; le long de la Seine, une longue promenade végétalisée, débarrassée des voitures, reliant les pointes aval et amont de l’île ; deux nouvelles passerelles qui franchissent le fleuve ; un peu partout, des verrières, des passages couverts, des galeries souterraines, des atriums en sous-sol… Seulement voilà, l’Île de la Cité renferme une trentaine de biens protégés au titre des monuments historiques. De plus, ce site de 22 ha est classé au patrimoine mondial de l’Unesco… 

Par conséquent, comme le souligne le rapport, un tel projet “n’a aucune chance de voir le jour“. Par conséquent, il faudrait vraiment un évènement impromptu et très volontariste” ou “inattendu et improbable”  pour que des travaux d’une telle ampleur puissent être autorisés dans un des sites architecturaux les plus protégés de France…

Or, suite au drame du 15 avril, le gouvernement a préparé une loi d’exception pour accélérer la reconstruction. Le texte (consultable ici) permettrait notamment de déroger au code du patrimoine. En effet, le texte, rédigé en quelques heures, proposerait de s’affranchir des procédures en vigueur en matière de monuments historiques sur un site qui n’en compte pas moins de 35…

Plus inquiétant, ce projet de loi autoriserait à déroger à un certain nombre de règles, comme le Code des marchés publics.

Concernant le nouveau parvis de Notre-Dame, Philippe Bélaval  précise :

Cette proposition fera peut-être débat, mais nous sommes prêts à répondre aux éventuels détracteurs. En sous-sol, les millions de visiteurs qui patientent [[aujourd’hui]] sous la pluie ou la canicule disposeront de services indispensables, comme des toilettes ou une bagagerie.

Ou encore des commerces…

Quelques entreprises soutiennent le projet puisque à la section « Entretiens avec des personnalités qualifiées, susceptibles d’apporter un éclairage particulier sur l’avenir de l’ile de la Cité », notons la participation de :

  • M. Marc-Antoine Jamet, Secrétaire Général du groupe de luxe LVMH, ainsi que directeur immobilier,
  • M. Jean-Paul Claverie, conseiller de M. Bernard Arnault, Président de LVMH…

De là à voir un rapport entre ce projet et les 200 millions d’eoros de dons réalisés par M. Arnault à la suite de l’incendie de Notre-Dame… Depuis l’incendie de Notre Dame certains médias ont commencé à communiquer de nouveau sur le projet de M. Perrault. Dans un article du Figaro du 18 avril, l’architecte a confirmé la faisabilité de la reconstruction de la cathédrale en 5 ans, tel qu’annoncé par le président Macron pour les Jeux olympiques de 2024. M. Perrault a d’ailleurs remporté le contrat concernant le village olympique… Vanity Fair et L’Obs sont revenus sur le sujet :

Ces idées sont toujours d’actualité et verront peut-être le jour grâce ou à cause de cet évènement. Car la cathédrale a été endommagée mais elle suscite aujourd’hui une attention nouvelle.

On comprend alors que pour empêcher la transformation du parvis de Notre-Dame en une dalle transparente, Mgr Patrick Chauvet, recteur de la cathédrale, ait évoqué l’idée d’une cathédrale éphémère en bois sur une partie du parvis. Ce “lieu d’accueil où il y aura des prêtres pour pouvoir parler” servira aussi à accueillir les “curieux” et les cohortes de touristes qui visitaient chaque année Notre-Dame. Le bâtiment aura vocation à rester jusqu’à la fin des travaux.

source : https://www.lesalonbeige.fr/lincendie-de-notre-dame-va-t-il-profiter-aux-projets-delirants-de-transformation-de-la-cite/

Ces peuples musulmans qui rejettent l’islamisme —

Dans ce grand mouvement de protestation du peuple soudanais contre la dictature militaire en place depuis trente ans, une scène étonnante eut lieu ce vendredi 12 avril 2019 à Khartoum. En milieu de journée, la foule rassemblée devant le quartier général de l’armée soudanaise voulut faire, comme il se doit dans un pays musulman, […]

Ces peuples musulmans qui rejettent l’islamisme —