La vérité est ailleurs

Le chaos du monde ne naît pas de l'âme des peuples, des races ou des religions, mais de l'insatiable appétit des puissants. Les humbles veillent!

Justice

État de santé d’Assange : WikiLeaks sonne l’alarme! Une PÉTITION EUROPÉENNE se prépare pour DEMANDER LA RESTAURATION DE L’ ÉTAT DE DROIT en Grande Bretagne, en Suède, en France, en Espagne… et en Europe. En commençant par les droits de Julian Assange. Merci de rester attentifs. Nous tous avons la fourche sous la gorge!

État de santé d’Assange : WikiLeaks sonne l’alarme

Le transfert d’un Julian Assange très amaigri à l’infirmerie de la prison Belmarsh, est un signe patent de son incapacité physique à se défendre face aux juges. La “justice“ refuse pourtant de reporter l’audience du 3 Juin. Arrêté à Londres en 1998, le vieillissant dictateur Pinochet avait eu droit, lui, à une “justice“. WikiLeaks demande d’agir « pour éviter cette honte ». Message ici traduit.

 

Avant notre traduction de la dernière déclaration de WikiLeaks, rappelons que l’ONU a condamné l’arbitraire de l’arrestation de Julian Assange. Toutes les “démocraties“ “représentatives“ occidentales sont restées sourdes aux condamnations de l’ONU relatives à ces violations du Droit International. Nous autres petites gens n’avons plus que nos petites mains pour faire valoir ses droits, avant que les nôtres ne soient totalement, inexorablement, définitivement piétinés.

Une PÉTITION EUROPÉENNE se prépare pour DEMANDER LA RESTAURATION DE L’ ÉTAT DE DROIT en Grande Bretagne, en Suède, en France, en Espagne… et en Europe. En commençant par les droits de Julian Assange. Merci de rester attentifs. Nous tous avons la fourche sous la gorge.

Torture à "la fourche". Pratique inquisitoire moyenageuse. © Non identifiable. Torture à « la fourche ». Pratique inquisitoire moyenageuse. © Non identifiable.

 

« WikiLeaks souhaite exprimer de graves inquiétudes quant à l’état de santé de notre éditeur, Julian Assange, transféré à l’infirmerie de la prison de Belmarsh. La santé de M. Assange était déjà détériorée de façon significative après sept années dans l’ambassade d’Équateur, dans des conditions incompatibles avec les droits humains fondamentaux. Par deux fois, les Nations-Unies ont déclaré qu’il était détenu arbitrairement et ont appelé le Royaume-Uni à honorer ses engagements en Droit international en lui rendant sa liberté. Le refus du Royaume-Uni de se plier à la décision des Nations-Unies, et son traitement de M. Assange depuis son arrestation, pose la question du statut de ce pays en tant que nation respectueuse des droits humains.

Au cours de sa dernière année à l’ambassade, pendant que les États-Unis finalisaient leurs projets d’extradition, Julian Assange a été, à la demande des autorités étasuniennes, totalement isolé et bâillonné, une situation conçue pour rendre sa vie aussi pénible que possible.

Au cours de ces sept semaines à la prison de Belmarsh, sa santé a continué à se détériorer et il a perdu beaucoup de poids. La décision de l’administration de la prison de le transférer à l’infirmerie confirme la gravité de son état.

Nous sommes indignés par le refus du tribunal suédois de reporter l’audience du 3 juin en raison de l’état de santé de M. Assange. Per Samuelson, l’avocat de M. Assange, a déclaré que l’état de santé de Julian Assange vendredi dernier était tel « qu’il n’était pas possible de conduire un entretien normal avec lui ».

Une audience formelle se tiendra demain, le 30 mai, à la Cour de Westminster, sur la demande d’extradition de l’administration de M. Trump. La semaine dernière, un nouvel acte d’accusation, remplaçant le premier, a étendu le mandat d’origine des États-Unis en révélant 17 accusations supplémentaires et amenant la condamnation éventuelle à 175 années d’emprisonnement et potentiellement la peine de mort au titre de l’Espionage Act. Ces accusations ont été largement condamnées par les entreprises de la presse libre qui y voient l’attaque la plus grave des temps modernes contre leurs activités. En essence, l’administration Trump criminalise le journalisme. Pour la première fois de l’histoire, et dans une escalade sans précédent dans la guerre de l’administration Trump contre la presse libre, l’accusation s’appuie sur un texte archaïque, l’Espionage Act de 1917, pour mettre en accusation un éditeur.

Le message de Kristinn Hrafnsson, rédacteur en chef de Wikileaks :

« L’affaire de Julian a une portée historique immense. On s’en souviendra comme de la pire attaque de notre temps contre la liberté de la presse. Les peuples doivent élever la voix pour la condamner : ce sont leurs politiciens, leurs tribunaux, leurs polices et leurs prisons dont on abuse pour laisser cette tache dans l’histoire. Nous vous demandons d’agir maintenant pour éviter cette honte. »

Le Club est l’espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n’engagent pas la rédaction.

Publicités

L’utilisation des LBD et des grenades de désencerclement en hausse de 200% en 2018, soit des hausses de 203% et 296% par rapport à l’année précédente, selon le rapport de l’IGPN!

L’utilisation des LBD et des grenades de désencerclement en hausse de 200% en 2018, selon l’IGPN

Publié par wikistrike.com sur 14 Juin 2019, 06:56am

Catégories : #Politique intérieure, #Social – Société

L’utilisation des LBD et des grenades de désencerclement en hausse de 200% en 2018, selon l'IGPN

La présentation de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) de son rapport annuel a révélé que l’utilisation des grenades de désencerclement et des lanceurs de balles de défense (LBD) avait subi une augmentation de 200% en 2018, concentrée sur les mois de novembre et de décembre.

L’Inspection générale de la police nationale (IGPN) a annoncé le 13 juin que l’utilisation des grenades de désencerclement et des lanceurs de balles de défense (LBD) avait sensiblement augmenté en 2018, notamment sur les mois de novembre et de décembre.

L’augmentation du recours à ces armes sublétales est liée au début du mouvement social des Gilets jaunes.

En 2018, les policiers ont utilisé 19.071 munitions de LBD et 5.420 grenades de désencerclement, soit des hausses de 203% et 296% par rapport à l’année précédente, selon le rapport de l’IGPN.

Plus de 220 enquêtes sont en cours suite aux signalements de violences policières présumées, mais aucun verdict n’a encore été rendu car ces «enquêtes judiciaires […] prennent un peu de temps», avait déclaré en avril le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner sur France Info.

 

Source

L’UPR estime que 75 ans après le débarquement du 6 juin 1944, il est temps que les Français aient une vision précise, et conforme à la réalité historique, des intentions du gouvernement américain à la fin de la Seconde Guerre Mondiale s’agissant de la France

François Asselineau demande à M. Macron de commémorer le débarquement de Provence du 15 août 1944 et d’expliquer aux Français pourquoi De Gaulle refusa constamment de commémorer celui du 6 juin 1944.

<img class="i-amphtml-intrinsic-sizer" style="max-width: 100%; display: block !important;" role="presentation" src="data:;base64, » alt= » » aria-hidden= »true » />

François Asselineau demande à M. Macron de commémorer fastueusement le débarquement de Provence du 15 août 1944 qui permit à environ 230 000 soldats français, parmi lesquels une majorité de soldats issus des colonies d’Afrique, de contribuer à libérer la France de l’Occupation allemande.

Sans les forces militaires françaises et sans la Résistance, toutes deux placées sous l’autorité de De Gaulle, la France n’aurait pas pu prétendre à la victoire contre l’Allemagne nazie et aurait été traitée par les Alliés comme un territoire ennemi occupé.

François Asselineau demande également à M. Macron d’expliquer aux Français pourquoi De Gaulle refusa toujours de commémorer le débarquement du 6 juin 1944. Les grands médias nationaux pourraient également réaliser un documentaire à ce sujet qui, sans doute, passionnera nos compatriotes.

L’Union populaire républicaine (UPR), pour sa part, re-publie les documents historiques qui rappellent, par la voix du fondateur de la France Libre, que le projet de Roosevelt était de placer à la tête de l’Hexagone un gouvernement fantoche entièrement à sa botte.

L’UPR estime que 75 ans après le débarquement du 6 juin 1944, il est temps que les Français aient une vision précise, et conforme à la réalité historique, des intentions du gouvernement américain à la fin de la Seconde Guerre Mondiale s’agissant de la France, ce qui n’empêche pas de rendre un hommage reconnaissant aux soldats alliés morts sur les plages de Normandie.

<img class="i-amphtml-intrinsic-sizer" style="max-width: 100px; display: block !important; height: auto;" role="presentation" src="data:;base64, » alt= » » aria-hidden= »true » />

Union populaire républicaine. La France doit sortir de l’Union européenne, de l’euro et de l’Otan.

La CEDH prend pitié des banksters ! OD « Alors qu’un grand nombre de banquiers auraient dû finir sur le bûcher pour avoir détruit l’économie du monde entier après la crise des subprimes de 2008, la CEDH ou Cour européenne des droits de l’homme a eu le culot de condamner l’Islande pour manque d’impartialité alors que […]

via Crise bancaire : La Cour européenne des droits de l’Homme condamne l’Islande — Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie