La vérité est ailleurs

Le chaos du monde ne naît pas de l'âme des peuples, des races ou des religions, mais de l'insatiable appétit des puissants. Les humbles veillent!

france

Une crise financière trente fois plus puissante qu’en 2008 est imminente mais nous sommes dans le déni! Le baril de poudre financier est sur le point d’exploser. La première des choses est de dire la vérité aux Français. Qui a envie de vivre l’expérience de la voltige s’il n’en fait pas le choix?

Une crise financière trente fois plus puissante qu’en 2008 est imminente mais nous sommes dans le déni

Publié par wikistrike.com sur 15 Juin 2019, 08:27am

Catégories : #Economie

Une crise financière trente fois plus puissante qu'en 2008 est imminente mais nous sommes dans le déni

Le baril de poudre financier est sur le point d’exploser. La première des choses est de dire la vérité aux Français. Qui a envie de vivre l’expérience de la voltige s’il n’en fait pas le choix?

 

Je veux dire à la crise qui arrive que nous sommes là et que nous résisterons.
Le laisser-faire est la folie qui nous conduit vers cette situation alarmante.

Les dirigeants politiques ont été et sont dans un déni total de la réalité en nous convertissant à l’argent facile de la finance de l’ombre.

Le résultat sera une fulgurante déflagration financière qui laminera des économies entières, des nations. La prochaine crise sera pire que celle de 2008 et se positionnera à 254.000 milliards d’euros.

Au travers ce qu’on appelle la crise des gilets jaunes s’exprime l’émotion, le ressenti des Français et vise à dénoncer les effets néfastes pressentis de l’argent facile. Les plus fragiles de nos concitoyens savent déjà dans leur quotidien que l’argent vaut de moins en moins.

Nous allons tous faire naufrage. Et chacun doit payer son écot à la société.

Qu’en est-il du rôle de l’Etat? Il est devenu hyper régulateur et s’est transformé en exportateur financier.

Les dirigeants politiques ont été et sont dans un déni total de la réalité en nous convertissant à l’argent facile de la finance de l’ombre.

Tout dans notre économie est devenu “low”: low taux, low salaires… seule la misère ne sera pas low. Il semblerait que les chiffres des analyses aient adopté cette étrange et dangereuse tendance low.

Est-ce qu’on ne voit rien ou est-ce qu’on ne veut rien voir de l’urgence lorsqu’on constate qu’aux Etats-Unis une hausse du déficit budgétaire de 77% par rapport à 2018 a été enregistrée. Dans les deux cas, les experts nient l’urgence et pas de réaction observée…

L’examen de la situation de la France mérite de l’honnêteté. Avec un taux de 1,5% de croissance une annonce de la reprise de l’économie est une fausse annonce. Je dénonce et affirme que la tendance est à la décroissance. L’analyse claire des chiffres montre 0,3% de croissance rêvée au premier trimestre 2019. Le chiffre de 1,5% de croissance annuelle nous parle d’une baisse par rapport à 2018 et 2017. La courbe de la trajectoire économique n’est donc pas celle de la réelle croissance que l’on nous vend.
Qu’en est-il du pouvoir d’achat qui aurait été injecté et qui aurait dû entraîner un regain de consommation? L’effet attendu ne s’est pas produit car dans la réalité le Français qui le peut encore essaie d’épargner en prévision d’un futur incertain annoncé.
La dynamique ne se crée pas et bute sur des problèmes structurels franco-français. Le taux de chômage est structurel. Les responsables politiques annoncent la reprise et les entreprises rencontrent des difficultés à embaucher. Il nous manque de l’invention, de l’innovation, il nous manque les moteurs de la relance et la confiance.

Je m’interroge et demande où est la croissance quand on peut constater que dans le domaine du commerce extérieur le ratio français exportation sur PIB reste faible et que pour les entreprises les gains de productivité restent également incroyablement faibles.

Donc où est la croissance? Je cherche la croissance.

Les problèmes sont tragiques, le baril de poudre financier est sur le point d’exploser.

La France doit se préparer avant l’explosion de la bulle des dettes. En sortant du déni et en parlant vrai et honnête en économie.
Je trouve scandaleux qu’en France, soient posées autant de barrières à l’initiative d’entreprendre. Il est important de faciliter le développement de l’investissement mais il est important aussi que les entreprises participent à hauteur raisonnable à la contribution au budget de l’Etat. Il est important aussi que l’Etat opte pour de vraies économies réalistes mais qu’il n’intervienne plus au travers de participations dans des entreprises privées.

Tout dans notre économie est devenu “low”: low taux, low salaires… seule la misère ne sera pas low.

La France doit se préparer sur cette base. Il faut en finir avec le surplus d’argent injecté par les banques centrales, argent qui n’arrive jamais au niveau de l’économie réelle mais dans les caisses des banques qui l’ont transformé en emprunt d’Etat. La conséquence est que les Etats ont emprunté de plus en plus et trop.

C’est la combinaison de ces deux éléments qui a créé la dette abyssale. 254.000 milliards d’euros.

Les Etats ont profité de cette situation, les entreprises et les ménages ont emprunté à bon marché. Cela s’avère être un drame.
La crise du surendettement est arrivée au niveau mondial. Pour rembourser cette dette dite publique, les Etats peuvent augmenter les revenus par le biais des impôts ou baisser les dépenses de l’Etat en diminuant les services publics. Cela pose problème. Nous nous trouvons à l’heure actuelle dans une situation où les banques centrales, les banques privées et les gouvernements se retrouvent tous liés et interdépendants. Par conséquence, lorsqu’une difficulté de quel ordre que ce soit apparaîtra, les trois partenaires seront concernés. Le présage de l’imminence d’une crise financière trente fois plus puissante que celle de 2008 affectera tous les citoyens avec une force considérable.

A ce jour environ 10% du bilan des banques est en “bons d’Etat” avec une pondération de 0% sans garantie. Les banques privées que nous connaissons ont tout intérêt à le faire car cela ne leur coûte rien en fonds propres et délivre de grasses marges.

La réglementation financière (Bale III) a réglé les dérèglements de 2008, nous sommes en 2019 et le problème est qu’il n’y a pas de réglementation contre les dérèglements de 2019. Le seul élément de réglementation qui aurait pu réduire cet appétit d’emprunt public des Etats n’a pas été proposé pour des raisons purement politiques. Pour exemple les dettes de l’Etat américain ont augmenté de 77% sur les 3 premiers mois de cette année. A mon avis, cela va encore faire augmenter aux Etats-Unis le coût des emprunts et entraîner la finance mondiale dans une spirale mondiale. Dès que les Etats-Unis seront en récession, c’est le monde entier qui sera en difficulté dont l’Europe et la France avec un effet direct sur la consommation des ménages.

Alors que faut-il faire?

La première des choses à faire est de dire la vérité. La vérité aux Français, oui, elle leur est due par respect, par respect de leur travail aussi.
L’heure n’est plus au silence, l’heure n’est plus aux mensonges. L’heure est venue d’apprendre à reconnaître les erreurs. Nous nous trouvons au bord du précipice, lequel d’entre nous a envie de vivre l’expérience de la voltige s’il n’en fait pas le choix?

Il faut en finir avec le surplus d’argent injecté par les banques centrales, argent qui n’arrive jamais au niveau de l’économie réelle mais dans les caisses des banques qui l’ont transformé en emprunt d’Etat.

Il y a urgence à adopter une série de mesures imposées. Elles devront être équitables.
A ce stade il est important de souligner que les entreprises ne paient quasiment pas d’impôts et c’est pourquoi la participation des entreprises au budget de l’Etat reste proportionnellement trop faible. Il faudra donc en urgence remonter ce taux de participation, en revanche il faut faire diminuer au plus vite les charges sociales qui elles sont indécemment trop élevées.

En ce qui concerne la tension française entre les riches et les pauvres (y compris la classe moyenne), il faut recréer l’équilibre de participation privée à la bonne marche de la nation en créant une tranche supplémentaire pour les salaires annuels de plus d’un million d’euros.

La combinaison de ces deux éléments permettra rapidement de remonter les revenus de notre Etat et de le libérer progressivement de sa dette.

Un élément fondamental sera le désengagement de l’Etat du secteur privé pour n’agir que sur le cadre économique et non l’impliquer directement au travers de participations dans des entreprises.

La responsabilité des hommes de bien qui savent est engagée. C’est par leur inaction que la bulle financière explosera.

 

Source

 

Publicités

Barrie Trower, spécialiste des ondes millimetriques, ancien expert de la Navy, MI6 et MI7, dénonce les immenses dangers de la 5G, pour les hommes, les animaux et la nature! C’est une catastrophe planétaire aux multiples conséquences qui s’annonce !

 

https://lepetitjournal.com/sydney/australie/laustralie-vit-la-pire-secheresse-quelle-ait-connue-en-50-ans-237631

Autre article sur le sujet confirmant des multiples dangers de la 5G :

Alors que la France et le Canada se préparent à lancer la 5G d’ici 2020 et 2021, les réseaux de la « cinquième génération » inquiètent la communauté scientifique mondiale.  En 2017, 170 chercheurs, issus de 37 pays, ont ainsi alerté sur les dangers sanitaires de la 5G. Ils redoutent « une augmentation générale et massive de l’exposition aux ondes sans-fil ». Une alarme déjà sonnée en 2015 et en 2011 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de son Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) qui avait déjà classé les radiofréquences comme « cancérogènes possibles pour l’homme ».  

Qu’est ce que la 5G ?

Jusqu’à présent, les réseaux mobiles à large bande comme la 3G et la 4G avaient été conçus pour répondre aux besoins des humains. En revanche, la 5G a été créé en tenant compte des besoins des machines, offrant un transfert de données à faible latence et à haut rendement. La 5G promet ainsi des vitesses de téléchargement et d’envoi de données beaucoup plus rapides, une couverture plus large et des connexions plus stables.

Pour atteindre ces vitesses de traitement très rapides, il est nécessaire d’augmenter le nombre de bandes passantes. Problème : les bandes passantes actuelles deviennent rapidement saturées. Elles ne traversent pas bien les bâtiments et ont tendance à être absorbées par la pluie et les plantes, ce qui entraîne des interférences de signal. Pour contrer ces difficultés, il faut rapprocher et d’augmenter le nombre des tours de téléphonie cellulaire avec plus de ports d’entrée et de sortie que sur celles de la 4G.

Avec la 5G, de petites antennes sans fil vont se multiplier et apparaitre sur de nombreux lampadaires et poteaux de nos villes et villages. L’omniprésence des ces antennes émettra ainsi un rayonnement électromagnétique permanent qui formera une sorte de smog invisible et difficile à éviter.

 

La 5G et ses dangers potentiels

Les scientifiques mettent en garde contre les effets potentiels de la 5G sur la santé. En 2017, 170 scientifiques de 37 pays, recommandaient un moratoire sur le déploiement de la 5G, « pour trouver des solutions aux dangers sanitaires et environnementaux » liés aux réseaux de la « cinquième génération ». Face à la multiplication des antennes sans fil 5G (qui seront installées même dans les logements, les magasins et les hôpitaux), les chercheurs redoutent une augmentation massive de l’exposition obligatoire aux rayonnements sans fil.

Les effets nocifs de l’exposition au rayonnement électromagnétique déjà prouvés

En 2015, 220 scientifiques de plus de 40 pays ont réclamé une protection contre l’exposition aux champs électromagnétiques non ionisants. Leurs publications ont prouvé que ce type de rayonnement affectaient les organismes vivants à des niveaux d’exposition bien inférieurs que ceux publiés par les directives internationales et nationales. Les effets comprennent l’augmentation du risque de cancer, du stress cellulaire, des dommages génétiques, des changements structurels et fonctionnels du système reproducteur, des déficits d’apprentissage et de mémoire, des troubles neurologiques et des répercussions négatives sur le bien-être général des humains. Les dommages vont bien au-delà de l’espèce humaine, car il y a de plus en plus de preuves d’effets nocifs sur la vie végétale et animale.

Si l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait déjà dès 2011 classé les radiofréquences comme « cancérogènes possibles pour l’homme », elle n’a pas encore prononcé de directives plus protectrices encourageant les mesures de précaution et de sensibilisation aux risques sanitaires, en particulier pour les enfants et les foetus.

La 5G, un danger pour la planète ?

Tout aussi inquiétante, la technologie 5G pourrait mettre la santé de notre planète en danger. Plusieurs études ont montré les effets néfastes des radiofréquences sur la végétation. Des recherches américaines ont prouvé que la mortalité précoce des peupliers faux-trembles du Colorado étaient dues aux radiofréquences qui nécrosaient leurs feuilles. Une autre étude arménienne à montré que ces rayonnements électromagnétiques provoquaient une réaction de stress qui endommage les cellules des pousses de blé. L’irradiation des plantes est une mauvaise nouvelle pour la flore de la planète, mais c’est aussi une mauvaise nouvelle pour nous : elle pourrait contaminer notre approvisionnement alimentaire.

La 5G pourrait également menacer la faune. Selon plusieurs rapports publiés au cours des deux dernières décennies, les rayonnements micro-ondes de faible intensité nuisent déjà à la santé des oiseaux et des abeilles. Ils chassent les oiseaux de leur nid, cause la détérioration des problèmes de locomotion et une diminution de la survie.

 

Face aux nombreuses alertes sanitaires et environnementales lancées par des scientifiques originaires des quatre coins de la planète, les incertitudes se font de plus en plus grandes autour de la 5G et risquent de persister si aucune précaution n’est prise avant son installation dès 2020.


facebooktwitterlinkedin

  1. HOUILLON

    Je suis déjà Electro Hyper Sensible sans la 5G – mise en invalidité cat. 2, je ne peux plus travailler car le Wifi les portables, les écrans d’ordinateurs, la télé etc .. m’épuisent, me brulent mettent mon système immunitaire à plat. Bref, le fait est que je connais beaucoup de personnes souffrant des mêmes symptômes, même des enfants. Le nombre de cancers, d’Alzheimer, et d’autres maladies explose .. les abeilles, les insectes, les oiseaux disparaissent petit à petit .. et les ondes ne sont pas du tout hors de cause comme nos lobby et politiciens voudraient nous le faire croire ..
    Les médecins qui me suivent ont tous des problèmes avec notre gouvernement car ils reconnaissent nos troubles et en connaissent la raison.. selon eux, la 5G sera une catastrophe pour l’humanité .. mais ne sommes nous pas trop nombreux sur cette planète …..

  2. Moi qui suis un technicien en électronique et informatique et réseaux, qui trouve que de pouvoir disposer d’Internet partout est génial. Je dis, il faut arrêter les conneries.
    Contrairement à ce que l’on peut penser, la 5G va surtout permetre d’avoir un contrôle encore plus grand sur les individus. Ce sera encore mieux que le RFID.
    La 5G du point de vue santé serait apocalyptique, mais pour la stoper, on est face aux gouvernements et lobbies.

  3. lavande

    la 5 G est fait pour mieux nous contrôler, nous enlever notre liberté. …Et c’est sûr il y aura des dégâts humains. Je deviens sensible aux ondes et je me mets à la place de ceux et celles qui sont électrosensibles et qui ne peuvent plus rien supporter.

  4. Ben

    Y a pas d’autres solutions….PLUS on sera nombreux à bazarder leurs sales gadgets à la poubelle (surtout le smartfoune, programmé pour devenir l’outil de payement dématérialisé de l’apocalypse), MOINS ils auront les moyens et la légitimité de nous empoisonner ! N’achetez plus ces merdes ! On en a AUCUN besoin et c’est même pas marrant (sauf pour les mongoliens retardés mentalement)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire

Nom *

Site web

Auteur

Victoria K.

Pour la petite histoire, j’ai été formée au journalisme en France. Ma formation terminée, j’ai travaillé pour la presse WEB avant de me lancer dans le monde audiovisuel où j’ai enquêté et réalisé des documentaires pour la télévision française.
Copyright © 2019 PlanetHoster Inc. Tous les droits reservés

État de santé d’Assange : WikiLeaks sonne l’alarme! Une PÉTITION EUROPÉENNE se prépare pour DEMANDER LA RESTAURATION DE L’ ÉTAT DE DROIT en Grande Bretagne, en Suède, en France, en Espagne… et en Europe. En commençant par les droits de Julian Assange. Merci de rester attentifs. Nous tous avons la fourche sous la gorge!

État de santé d’Assange : WikiLeaks sonne l’alarme

Le transfert d’un Julian Assange très amaigri à l’infirmerie de la prison Belmarsh, est un signe patent de son incapacité physique à se défendre face aux juges. La “justice“ refuse pourtant de reporter l’audience du 3 Juin. Arrêté à Londres en 1998, le vieillissant dictateur Pinochet avait eu droit, lui, à une “justice“. WikiLeaks demande d’agir « pour éviter cette honte ». Message ici traduit.

 

Avant notre traduction de la dernière déclaration de WikiLeaks, rappelons que l’ONU a condamné l’arbitraire de l’arrestation de Julian Assange. Toutes les “démocraties“ “représentatives“ occidentales sont restées sourdes aux condamnations de l’ONU relatives à ces violations du Droit International. Nous autres petites gens n’avons plus que nos petites mains pour faire valoir ses droits, avant que les nôtres ne soient totalement, inexorablement, définitivement piétinés.

Une PÉTITION EUROPÉENNE se prépare pour DEMANDER LA RESTAURATION DE L’ ÉTAT DE DROIT en Grande Bretagne, en Suède, en France, en Espagne… et en Europe. En commençant par les droits de Julian Assange. Merci de rester attentifs. Nous tous avons la fourche sous la gorge.

Torture à "la fourche". Pratique inquisitoire moyenageuse. © Non identifiable. Torture à « la fourche ». Pratique inquisitoire moyenageuse. © Non identifiable.

 

« WikiLeaks souhaite exprimer de graves inquiétudes quant à l’état de santé de notre éditeur, Julian Assange, transféré à l’infirmerie de la prison de Belmarsh. La santé de M. Assange était déjà détériorée de façon significative après sept années dans l’ambassade d’Équateur, dans des conditions incompatibles avec les droits humains fondamentaux. Par deux fois, les Nations-Unies ont déclaré qu’il était détenu arbitrairement et ont appelé le Royaume-Uni à honorer ses engagements en Droit international en lui rendant sa liberté. Le refus du Royaume-Uni de se plier à la décision des Nations-Unies, et son traitement de M. Assange depuis son arrestation, pose la question du statut de ce pays en tant que nation respectueuse des droits humains.

Au cours de sa dernière année à l’ambassade, pendant que les États-Unis finalisaient leurs projets d’extradition, Julian Assange a été, à la demande des autorités étasuniennes, totalement isolé et bâillonné, une situation conçue pour rendre sa vie aussi pénible que possible.

Au cours de ces sept semaines à la prison de Belmarsh, sa santé a continué à se détériorer et il a perdu beaucoup de poids. La décision de l’administration de la prison de le transférer à l’infirmerie confirme la gravité de son état.

Nous sommes indignés par le refus du tribunal suédois de reporter l’audience du 3 juin en raison de l’état de santé de M. Assange. Per Samuelson, l’avocat de M. Assange, a déclaré que l’état de santé de Julian Assange vendredi dernier était tel « qu’il n’était pas possible de conduire un entretien normal avec lui ».

Une audience formelle se tiendra demain, le 30 mai, à la Cour de Westminster, sur la demande d’extradition de l’administration de M. Trump. La semaine dernière, un nouvel acte d’accusation, remplaçant le premier, a étendu le mandat d’origine des États-Unis en révélant 17 accusations supplémentaires et amenant la condamnation éventuelle à 175 années d’emprisonnement et potentiellement la peine de mort au titre de l’Espionage Act. Ces accusations ont été largement condamnées par les entreprises de la presse libre qui y voient l’attaque la plus grave des temps modernes contre leurs activités. En essence, l’administration Trump criminalise le journalisme. Pour la première fois de l’histoire, et dans une escalade sans précédent dans la guerre de l’administration Trump contre la presse libre, l’accusation s’appuie sur un texte archaïque, l’Espionage Act de 1917, pour mettre en accusation un éditeur.

Le message de Kristinn Hrafnsson, rédacteur en chef de Wikileaks :

« L’affaire de Julian a une portée historique immense. On s’en souviendra comme de la pire attaque de notre temps contre la liberté de la presse. Les peuples doivent élever la voix pour la condamner : ce sont leurs politiciens, leurs tribunaux, leurs polices et leurs prisons dont on abuse pour laisser cette tache dans l’histoire. Nous vous demandons d’agir maintenant pour éviter cette honte. »

Le Club est l’espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n’engagent pas la rédaction.

L’Allemagne avoue les risques de défaut sur l’euro!Mais la situation est bien plus grave encore! Attendez vous, épargnants, à en faire les frais, que ce soit l’Allemagne, la France ou autres, ce sont nos économies personnelles qui seront touchées! Et pas par nous… L’Euro, le gros mensonge éclate au grand jour!

L’Allemagne avoue les risques de défaut sur l’euro

Publié par wikistrike.com sur 13 Juin 2019, 10:47am

Catégories : #Economie

L’Allemagne avoue les risques de défaut sur l’euro

C’est un article récent d’Ambrose Evans-Pritchard du Telegraph ici, que je n’avais pas traduit depuis fort longtemps mais qui nous livre comme toujours, une information très importante.

En effet, il nous apprend que la Bundesbank (la banque centrale allemande) « a averti qu’elle pourrait subir de lourdes pertes si un grand pays quittait l’euro et faisait défaut sur ses dettes envers le système de la Banque centrale européenne, mais a averti que toute tentative de préparation à une telle crise pourrait se retourner contre elle en déclenchant une attaque spéculative »…

Rien que ce premier constat est alarmant. Le premier point c’est que les pertes seraient lourdes, le second, c’est que le fait de s’y préparer serait admettre le risque et la probabilité des pertes et donc créer un mouvement auto-réalisateur. Vous avez donc ici les raisons du grand mensonge que l’on vous sert sur la solidité de l’euro qui est une vaste foutaise.

La réalité, c’est que la vérité est indicible sans déclencher une perte de confiance catastrophique menant à l’effondrement. Donc, tout le monde se tait et fait semblant que les choses peuvent encore durer un peu plus longtemps.
D’ailleurs Marcello Minenna, directeur à la commission italienne des valeurs mobilières, a déclaré qu’il serait insensé d’établir une procédure de sortie de l’euro gravée dans le marbre. Les fonds spéculatifs tournent en rond comme des requins pour la mise à mort.

Le sujet des pertes liées à TARGET

« Si le texte de la Bundesbank s’en tient à la ligne standard selon laquelle un démantèlement de l’euro est hypothétique, il admet néanmoins – après des années d’obscurcissement – que le système interne de règlement Target2 de la BCE entraîne des coûts inévitables pour l’Allemagne et les autres États membres de l’UEM si jamais il se produit. Elle donne également l’impression que les autorités monétaires n’ont pas de stratégie claire pour faire face à une telle crise ».

Dans le système TRAGET les crédits à l’égard de l’Allemagne ont atteint 920 milliards d’euros, soit 27% du PIB allemand. Les achats d’obligations par la BCE dans le cadre de son programme d’assouplissement quantitatif ont exacerbé les déséquilibres, devenant de fait un canal déguisé de fuite des capitaux en provenance d’Italie.

« Les engagements de Target2 de la Banque d’Italie de l’autre côté du grand livre se sont élevés à 481 milliards d’euros. La Banque d’Espagne doit un montant record de 403 milliards d’euros et la banque centrale portugaise 79 milliards d’euros »…

Oui vous voyez, dans ce système de compensation des flux monétaires en zone euro, l’Espagne est en déficit de 403 milliards, ou de 481 pour l’Italie… comme vous le voyez les montants sont très importants.
Le FMI également est inquiet !

« Le Fonds monétaire international affirme qu’il serait difficile d’empêcher qu’une crise de la dette souveraine en Italie n’engloutisse l’Espagne et le Portugal. La BCE pourrait donc être confrontée à une crise Target2 proche de 1 000 milliards d’euros si le gouvernement rebelle italien déclenchait une réaction en chaîne avec ses billets  » minibots  » – dont il prétend qu’ils sont nécessaires pour couvrir 52 milliards d’euros d’arriérés de l’État envers les entrepreneurs et ménages italiens »… Et oui, l’Italie doit 52 milliards d’euros (pas franchement comptabilisés à ses fournisseurs).

D’après la Bundesbank si un pays quitte l’Euro et que sa banque centrale manque à ses engagements Target2, la BCE devra d’abord utiliser son propre capital et ensuite les fonds des autres banques centrales sur la base d’une « clé de répartition ».

La logique serait que cette séquence finisse par se transformer en appel de marge. Les contribuables allemands, néerlandais, finlandais ou français pourraient être obligés de faire de gros chèques pour renflouer leur banque centrale…

« Pour Clemens Fuest, directeur de l’IFO Institute d’Allemagne, la BCE devra à un moment donné tirer un trait sur la situation. Elle ne devrait pas continuer à accorder des crédits illimités à la Banque d’Italie si la coalition populiste de Rome défie les autorités de l’UE et poursuit des politiques budgétaires qui sapent l’union monétaire ».

L’Italie ne paierait sans doute pas malgré les menaces !

« Mario Draghi, président de la BCE, déclare que la Banque d’Italie sera responsable de la dette de Target2 jusqu’au dernier euro si l’Italie quitte l’union monétaire – bien que ce passif ne soit pas enregistré par Eurostat dans le ratio de la dette italienne au PIB.

En réalité, ces dettes sont un champ de mines légal. Les contrats sont soumis au principe de Lex Monetae. Le professeur Minenna, expert de Target2 à l’Université Bocconi, affirme que la Banque d’Italie est légalement autorisée à rembourser l’argent en lires au taux de change en vigueur sur le marché.

Dans le cas d’ »Italexit », la BCE serait confrontée à une décote de 60 pc sur ses crédits Target2 italiens. Il y aurait une énorme dévaluation par rapport au nouvel euro, qui ne serait plus le même sans l’Italie ».
Pour M. Minenna un « Italexit » sera considéré comme un défaut technique selon les règles de l’ISDA. Le taux de recouvrement de la dette serait d’environ 40pc. Il s’agirait d’un choc financier majeur. « La Bundesbank perdrait beaucoup d’argent », a-t-il dit. Il en serait de même pour toutes les autres banques centrales résiduelles de l’UEM.

Vers une renégociation de la dette italienne… ou la sortie de l’euro!

dossier comment survivre à l'eurocalypse

« En fin de compte, les créanciers italiens seront confrontés à un choix : soit accepter la défaillance désordonnée d’Italexit, soit placer la dette du pays sur une « voie durable » en allongeant les échéances, soit en appliquant une décote de taux d’intérêt, soit les deux. « Si vous continuez à ajouter de la pression, le verre se brisera à un moment donné, » dit-il.

Le professeur Hans-Werner Sinn de l’Université de Munich a déclaré que le régime Target2 est une tromperie systématique du peuple allemand. Les déséquilibres ne se corrigent pas d’eux-mêmes – contrairement aux créances de la Bundesbank qui ont été longtemps revendiquées – et les crédits existants ne seront jamais récupérés. « Ils sont déjà perdus », a-t-il dit.

Dans tous les cas l’argent est déjà perdu affirme ce professeur, et il a parfaitement raison. Le résultat est connu, ce qui nous est encore inconnu c’est la manière dont se dérouleront les événements.

L’Italie sortira-t-elle de la zone euro? Les Allemands partiront-ils les premiers? Ou encore, y aura-t-il une renégociation de la dette italienne comme ce fut le cas avec la Grèce et des pertes pour les créanciers? Y aura-t-il une faillite de l’Italie? Personne n’en sait rien, mais la dette italienne n’est plus soutenable, et la dette française ne le sera pas encore très longtemps.

Pour tout dire, la dette française n’est déjà plus soutenable, mais cela ne se voit pas encore.

Nous ne paierons pas toutes ces dettes parce que nous ne pouvons pas le faire. L’une des dernières hypothèses consiste à voir les banques centrales dont la BCE imprimer le nombre de billets nécessaires pour que la partie de Monopoly se poursuive à l’infini ou presque.

Dans tous les cas, c’est la valeur de l’épargne qui souffrira.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT

« Insolentiae » signifie « impertinence » en latin
Pour m’écrire charles@insolentiae.com
Pour écrire à ma femme helene@insolentiae.com

Vous pouvez également vous abonner à ma lettre mensuelle « STRATÉGIES » qui vous permettra d’aller plus loin et dans laquelle je partage avec vous les solutions concrètes à mettre en œuvre pour vous préparer au monde d’après. Ces solutions sont articulées autour de l’approche PEL – patrimoine, emploi, localisation. L’idée c’est de partager avec vous les moyens et les méthodes pour mettre en place votre résilience personnelle et familiale.

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » (JFK)

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur http://www.insolentiae.com. »

 

Source

L’utilisation des LBD et des grenades de désencerclement en hausse de 200% en 2018, soit des hausses de 203% et 296% par rapport à l’année précédente, selon le rapport de l’IGPN!

L’utilisation des LBD et des grenades de désencerclement en hausse de 200% en 2018, selon l’IGPN

Publié par wikistrike.com sur 14 Juin 2019, 06:56am

Catégories : #Politique intérieure, #Social – Société

L’utilisation des LBD et des grenades de désencerclement en hausse de 200% en 2018, selon l'IGPN

La présentation de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) de son rapport annuel a révélé que l’utilisation des grenades de désencerclement et des lanceurs de balles de défense (LBD) avait subi une augmentation de 200% en 2018, concentrée sur les mois de novembre et de décembre.

L’Inspection générale de la police nationale (IGPN) a annoncé le 13 juin que l’utilisation des grenades de désencerclement et des lanceurs de balles de défense (LBD) avait sensiblement augmenté en 2018, notamment sur les mois de novembre et de décembre.

L’augmentation du recours à ces armes sublétales est liée au début du mouvement social des Gilets jaunes.

En 2018, les policiers ont utilisé 19.071 munitions de LBD et 5.420 grenades de désencerclement, soit des hausses de 203% et 296% par rapport à l’année précédente, selon le rapport de l’IGPN.

Plus de 220 enquêtes sont en cours suite aux signalements de violences policières présumées, mais aucun verdict n’a encore été rendu car ces «enquêtes judiciaires […] prennent un peu de temps», avait déclaré en avril le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner sur France Info.

 

Source