La vérité est ailleurs

Le chaos du monde ne naît pas de l'âme des peuples, des races ou des religions, mais de l'insatiable appétit des puissants. Les humbles veillent!

Émeutes et vandalisme

Cinq églises dégradées en une semaine ! Eric Martin 26 avril 2019 Histoire de comprendre, NLH – Et pendant ce temps 3 Commentaires De quoi faire réagir Ouest-France : En une semaine, 5 églises ont été ciblées par des dégradations. Christ en croix et statue de la vierge renversés au sol, vase brisé, hosties jetées… La plupart des […]

via Cinq églises dégradées en une semaine ! — Ombre43

Publicités

Violences policières à grands coup de matraques; flics casseurs repérés dans d’autres manifestations avec vidéos et photos à l’appui, LFI NPA confirment! Alors Castaner tu dis quoi là?

Les policiers casseurs repérés par les manifestants,  Mélenchon et le olivier Besancenot confirment ce que nous sommes tres nombreux à dire , et qui depuis longtemps se pratique dans toutes les manifestations !

Gilets jaunes: Samedi, Castaner appelle l’armée au secours! Auraient-ils si peur du peuple qu’ils méprisent tant? Faut croire que oui!

Gilets jaunes: Samedi, Castaner appelle l’armée au secours

Publié par wikistrike.com sur 20 Mars 2019, 14:56pm

Catégories : #Politique intérieure#Social – Société

Gilets jaunes: Samedi, Castaner appelle l'armée au secours

Les militaires de l’opération Sentinelle seront mobilisés de manière «renforcée» pour sécuriser des bâtiments lors de la prochaine mobilisation des Gilets jaunes samedi, a annoncé Benjamin Griveaux.

La mission antiterroriste militaire Sentinelle sera mobilisée de manière «renforcée» pour sécuriser des bâtiments officiels et autres «points fixes», lors de l’acte 19 des Gilets jaunes samedi prochain, a annoncé le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux.

Cette initiative annoncée par Emmanuel Macron en Conseil des ministres permettra aux forces de l’ordre de se «concentrer sur les mouvements, sur le maintien et le rétablissement de l’ordre», a justifié le porte-parole.

«Nous ne pouvons pas laisser une infime minorité violente abîmer notre pays et détériorer l’image de la France à l’étranger», a-t-il ajouté. «Les prochains jours seront donc décisifs».

Mise en place après l’attentat contre Charlie Hebdo en janvier 2015, l’opération Sentinelle mobilise quelque 10.000 militaires, dont 3.000 en réserve, sur l’ensemble du territoire.

Au-delà de Sentinelle, des brigades anticasseurs dédiées seront déployées sur le terrain, des drones et des «produits avec des marquages indélébiles» permettant de «tracer» les casseurs vont également être mobilisés.

La mesure a été adoptée dans le contexte des violences qui ont marqué l’acte 18 de mobilisation des Gilets jaunes à Paris. Le 16 mars, 32.300 personnes ont manifesté dans toute la France dont 10.000 à Paris, a annoncé l’Intérieur. Ce 18e samedi de a mobilisation des Gilets jaunes a été marqué par des débordements. Tout au long de la journée, des scènes de violences se sont succédées sur le haut des Champs-Élysées où plusieurs commerces et restaurants, dont le célèbre Fouquet’s, ont été vandalisés, pillés ou incendiés. Dans la capitale, 237 personnes ont été interpellées et 144 d’entre elles placées en garde à vue.

 

Source

Christophe Castaner: ni coupable ni responsable, juste un pion! Nombreux disfonctionnements ? Décidément c’est devenu le terme préféré du gouvernement (cf. Affaire BENALLA audiences sénat).. Mensonges et manipulations seraient plus appropriés. Dehors !

Christophe Castaner: ni coupable ni responsable, juste un pion

Le ministre de l’Intérieur n’a pas songé à démissionner en dépit des nombreux dysfonctionnements. Mais c’est le Premier ministre qui a repris la main et annoncé un changement de stratégie. Avec notamment des interdictions de manifester, qu’il jugeait inconstitutionnelles il y a quelques semaines…

RÉAGIR
Christophe Castaner

Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, en visite au centre d’entraînement de la gendarmerie de Saint-Astier, le 15 mars 2019.

AFP – GEORGES GOBET

Face à David Pujadas, sur LCI, le ministre de l’Intérieur, qui ponctue chacune de ses phrases d’un « je vous le dis » très inspiré, a déclaré qu’il n’avait jamais songé à démissionner car cela n’aurait rien changé et les gilets jaunes n’auraient pas disparu pour autant! C’est pourtant le rôle du patron de la place Beauvau d’assurer l’ordre et de faire respecter la loi! Et s’il n’a pas réussi… D’ailleurs, depuis le saccage des Champs-Elysées, samedi dernier, nombre de dirigeants politiques, de droite comme de gauche, ont réclamé son départ. Même au sein de LREM, certains s’interrogent sur sa capacité à habiter la fonction. La condamnation est générale. Et la vidéo où on le voit danser lascivement avec une jolie fille, lors d’une fête dans un restaurant branché, n’a guère arrangé son cas. Trop dilettante! Même le Premier ministre a confessé des « dysfonctionnements » et des  « insuffisances » dans l’exécution du dispositif de maintien de l’ordre…. Christophe Castaner lui, s’est défaussé sur la chaîne de commandement, qui aurait mal appliqué la stratégie. Pointant un mauvais usage des lanceurs de balles de défense si décriées, avec des cartouches qui ne tirent qu’à six mètres.

Pourtant, devant un tel chaos, après déjà quatre mois et demi de manifestations et de violences, avec des villes bloquées, des magasins désertés, on aurait pu s’attendre à un limogeage du ministre. Mais en réalité, la responsabilité est collective. La décision d’éviter l’usage de la force, de privilégier la protection des manifestants, parfois au détriment des biens, a été prise au sommet de l’Etat. En espérant que le mouvement s’épuiserait. Et c’est le président de la République qui a fait le choix de ce fidèle à ce poste alors qu’Edouard Philippe voulait y pousser Gérald Darmanin. Impossible de se déjuger. Comme l’a dit Frédéric Péchenard, ancien directeur général de la Police sous Nicolas Sarkozy, aujourd’hui candidat aux Européennes sur la liste LR: « Les instructions politiques ne sont pas à la hauteur. Ils ont peur d’une bavure, d’une mort, de donner des instructions qui permettraient à la police de reprendre du terrain ». Ce que réclament alors les forces de l’ordre depuis des semaines? Un commandement moins centralisé, des forces plus mobiles, plus autonomes. Et avoir l’autorisation d’aller « au contact ». Bref de cogner! Pour eux, il ne faut plus considérer que les gens qui viennent dans Paris sont des manifestants pacifistes, ce sont des émeutiers.

Virage stratégique

Face au chaos, et compte tenu de la perte de crédibilité de son ministre de l’Intérieur, le Premier ministre a donc repris la main.