La vérité est ailleurs

Le chaos du monde ne naît pas de l'âme des peuples, des races ou des religions, mais de l'insatiable appétit des puissants. Les humbles veillent!

Écologie & énergies nouvelles

Vandana Shiva dénonce « le cartel du poison « ! Une femme pleine de bon sens, « sauver l’humanité et la planète nous mêmes « est l’unique solution ! Permaculture, solidarité, exemplarité écologique et économique! Non aux BAYER, Monsanto and co!

Publicités

Le recyclage mondial en plein chaos depuis que la Chine a fermé sa poubelle! Des montagnes de déchets qui s’entassent dans les pays occidentaux, aux villes d’Asie du Sud-Est qui croulent sous les emballages importés, le circuit du recyclage mondial est en crise depuis que la Chine ne veut plus être la poubelle du monde! Le saviez-vous?

Le recyclage mondial en plein chaos depuis que la Chine a fermé sa poubelle

Le recyclage mondial en plein chaos depuis que la Chine a fermé sa poubelle
Des déchets plastiques devant des palmiers, dans une usine de recyclage désaffectée à Jenjarom, près de Kuala Lumpur en Malaisie, le 8 mars 2019 © AFP/Mohd RASFAN
Kampung Jenjarom (Malaisie) (AFP)

Des montagnes de déchets qui s’entassent dans les pays occidentaux, aux villes d’Asie du Sud-Est qui croulent sous les emballages importés, le circuit du recyclage mondial est en crise depuis que la Chine ne veut plus être la poubelle du monde.

Pour ne plus être la première destination mondiale du recyclage, Pékin a banni début 2018 l’importation de plastiques et de plusieurs autres catégories de déchets qu’elle recyclait jusqu’alors.

Les déchets plastiques des pays développés ont commencé à être redirigés massivement vers plusieurs pays d’Asie du Sud-Est où des industriels chinois du recyclage ont transféré leurs activités.

« Ça a été comme un tremblement de terre », a confié Arnaud Brunet, directeur du Bureau international du recyclage (BIR) basé à Bruxelles. « La Chine était le premier marché des déchets recyclables. » Et sa fermeture a « créé un choc sur toute la planète ».

En Asie du Sud-Est, la Malaisie a été la plus affectée. Le pays, qui compte une importante minorité chinoise, est devenu une destination de choix pour les industriels cherchant à déménager leur activité de Chine. Résultat, les importations de plastique du pays ont triplé depuis 2016 pour atteindre 870 000 tonnes l’an dernier, selon des données officielles.

Dans la petite ville de Jenjarom, près de Kuala Lumpur, les usines de retraitement de plastique ont poussé comme des champignons, et se sont mises à émettre des fumées toxiques.

Des montagnes de plastique parsèment le paysage. On y trouve toutes sortes de déchets, emballages alimentaires, bidons de lessives ou sacs en plastique venant de France, d’Allemagne, voire des Etats-Unis ou du Brésil.

Très rapidement, les habitants se sont plaints de l’odeur venant du recyclage des déchets plastiques mais aussi, pensent les défenseurs de l’environnement, de l’incinération des types de plastiques qui ne peuvent pas être recyclés.

Fumées toxiques

« Les gens ont été pris à la gorge par des fumées toxiques. Il y en avait beaucoup qui toussaient sans cesse », explique à l’AFP Pua Lay Peng, un habitant de 47 ans. « Je ne pouvais plus dormir, ni me reposer, je me sentais toujours fatigué. »

Avec d’autres habitants, il a enquêté. Mi-2018 avait déjà trouvé une quarantaine d’usines, dont beaucoup sans permis. Après de nombreuses plaintes sans réponse, les autorités ont finalement agi. Des usines ont fermé et les permis d’importation de plastique ont été gelés temporairement.

En septembre, 33 usines avaient fermé à Jenjarom et la qualité de l’air s’est améliorée même si les amoncellements de plastique sont restés. Les défenseurs de l’environnement pensent que les opérations de recyclage ont été déplacées ailleurs.

Pour les pays occidentaux, qui se reposaient sur la Chine, chercher de nouvelles destinations capables de retraiter leur trop plein de déchets est aussi un casse-tête.

Alors que les industriels du recyclage estiment souvent que les coûts sont trop élevés pour retraiter les déchets dans leur pays d’origine, certains ont eu recours aux décharges ou aux incinérateurs faute de mieux.

« Au bout d’un an, nous en sentons toujours les effets mais nous n’avons pas encore avancé vers une solution », déplore Garth Lamb, président de l’association australienne de l’industrie du recyclage et du traitement des déchets.

Certains pourtant ont su s’adapter. La ville d’Adelaide, dans le sud de l’Australie, qui expédiait l’essentiel de ses déchets en Chine retraite désormais sur place 80% de ses détritus, la plupart des déchets restants étant envoyé en Inde.

« En aidant les acteurs locaux, nous avons été capable de retrouver des prix similaires à ceux d’avant l’interdiction chinoise », souligne Adam Faulkner, responsable de l’organisme qui gère les déchets du Nord d’Adelaide.

Consommer moins de plastique

En Chine, les importations de plastique ont chuté de 600 000 tonnes par mois en 2016 à 30 000 tonnes par mois en 2018, selon les chiffres d’un nouveau rapport de Greenpeace et de l’ONG Alliance globale pour les alternatives à l’incinération (GAIA). Des zones entières dédiées au recyclage ont été abandonnées.

Dans la ville de Xingtan au sud du pays, où le secteur était florissant, « les usines de recyclage sont parties, il y a des panneaux ‘A louer’ sur les bâtiments et on voit des annonces pour recruter des employés expérimentés au Vietnam », explique à l’AFP Chen Liwen, fondateur de l’ONG Zero Waste Alliance en Chine.

Le recyclage mondial en plein chaos depuis que la Chine a fermé sa poubelle
Temps actuel 0:15
Duration 1:39

Si la Malaisie, la Thaïlande et le Vietnam, premiers pays visés par les industriels, ont pris des mesures pour limiter les importations de plastique, les flux ont été redirigés vers d’autres pays moins régulés comme l’Indonésie et la Turquie, selon le rapport de Greenpeace.

Mais alors que 9% seulement du plastique produit est recyclé, la seule solution à long terme est de fabriquer et de consommer moins de plastique, plaide l’organisation de défense de l’environnement.

« Les circuits de recyclage n’arrivent pas rattraper la production de plastique », souligne Kate Lin, chargée des campagnes de l’organisation.

Crédit Photo: Par Ji-Elle — Travail personnel, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/ Énergie propre et bon marché, nous ont seriné pendant des décennies les chantres du nucléaire français. De plus en plus, l’évidence s’impose : l’industrie nucléaire n’est ni bon marché, ni « propre ». Et depuis la catastrophe de Fukushima, personne ne peut dire qu’elle n’est pas dangereuse, même […]

via Nucléaire en France : vers la catastrophe ? — NPA 67 — Nouveau Parti Anticapitaliste — Strasbourg

ENVIRONNEMENT Climat: Plus de 140 organisations appellent à une «marche du siècle» le 16 mars 2019. Des acteurs qui travaillent en faveur de la justice sociale et du climat appellent à se rassembler le 16 mars partout en France Une marche citoyenne face à l’urgence climatique. Plus de 140 organisations appellent à une « Marche du siècle » le 16 mars prochai

Des jeunes manifestent pour le climat à Nantes, le 1er mars 2019 à l’occasion des « Vendredis pour le futur ». — SEBASTIEN SALOM GOMIS/SIPA

ENVIRONNEMENT

Climat: Plus de 140 organisations appellent à une «marche du siècle» le 16 mars

Des acteurs qui travaillent en faveur de la justice sociale et du climat appellent à se rassembler le 16 mars partout en France

Une marche citoyenne face à l’urgence climatique. Plus de 140 organisations appellent à une « Marche du siècle » le 16 mars prochain, en référence à l’Affaire du siècle, la pétition sur le climat qui a recueilli plus de deux millions de signatures. Dans une tribune publiée par Franceinfo ce mercredi, ils demandent un « printemps sera climatique et social ».

Parmi les signataires, se trouvent Attac, le Secours catholique, Réseau Action Climat – France, la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme ou encore le mouvement Ni Putes Ni Soumises. « Nous devons réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre dès maintenant pour limiter le réchauffement global à 1,5°C. Nous devons préserver la biodiversité, alors que nous vivons une sixième extinction de masse », peut-on lire dans cet appel à manifester.

Grève des lycéens le 15 mars

La veille, le 15 mars, les lycéens et étudiants ont appelé à la « grève » en France et dans le monde. « Le 16 mars, nous marcherons ensemble, pour dire « ça suffit ! » et demander des changements immédiats », déclarent les auteurs de la tribune. Les organisations rappellent que l’enjeu climatique est l’affaire de tous et demandent plus de « justice sociale », pour « garantir une existence digne pour chacun.e. Fin du monde et fin du mois relèvent du même combat », concluent-elles.

Carte de vente des pesticides par département en 2017! Proteger les generations futures des pesticides et autres produits chimiques! Un site a voir..

ACTUALITÉS

Carte de vente des pesticides par département en 2017

Les Outre-Mer

Guadeloupe,
Martinique,
Guyane,
La Réunion,
Mayotte

Échelle exprimée en kg

3 675,07

3 276 594,89

Télécharger les fiches détaillées par département

Télécharger les données détaillées disponibles par département
Sélectionnez un département
Ain
Aisne
Corse-du-Sud
Haute-Corse
Allier
Alpes-de-Haute-Provence
Hautes-Alpes
Alpes-Maritimes
Ardèche
Ardennes
Ariège
Aube
Aude
Aveyron
Bouches-du-Rhône
Calvados
Cantal
Charente
Charente-Maritime
Cher
Corrèze
Côte-d’Or
Cotes-d’Armor
Creuse
Dordogne
Doubs
Drôme
Eure
Eure-et-Loir
Finistère
Gard
Haute-Garonne
Gers
Gironde
Hérault
Ille-et-Vilaine
Indre
Indre-et-Loire
Isère
Jura
Landes
Loir-et-Cher
Loire
Haute-Loire
Loire-Atlantique
Loiret
Lot
Lot-et-Garonne
Lozère
Maine-et-Loire
Manche
Marne
Haute-Marne
Mayenne
Meurthe-et-Moselle
Meuse
Morbihan
Moselle
Nièvre
Nord
Oise
Orne
Pas-de-Calais
Puy-de-Dôme
Pyrénées-Atlantiques
Hautes-Pyrénées
Pyrénées-Orientales
Bas-Rhin
Haut-Rhin
Rhône
Haute-Saône
Saône-et-Loire
Sarthe
Savoie
Haute-Savoie
Paris
Seine-Maritime
Seine-et-Marne
Yvelines
Deux-Sèvres
Somme
Tarn
Tarn-et-Garonne
Var
Vaucluse
Vendée
Vienne
Haute-Vienne
Vosges
Yonne
Territoire de Belfort
Essonne
Hauts-de-Seine
Seine-Saint-Denis
Val-de-Marne
Val-d’Oise
Guadeloupe
Martinique
Guyane
La Réunion

Carte de vente des pesticides par département en 2017

Cette carte de base vous propose les données de vente réparties sur le territoire. Chaque département a été étudié de manière individuelle et les données ont été inscrites dans un formulaire générant une carte des ventes de matières actives pesticides par département.  Elle est intéressante car elle indique pour tous les départements les quantités  de matières actives  pesticides vendues. Mais elle ne rend pas compte  de la réalité de l’intensité de l’utilisation agricole des pesticides dans les différents territoires car les données ne sont pas rapportées à la surface consacrée à l’agriculture dans chaque département. Pour cette carte nous avons conservé les départements de la petite couronne et Paris.

Sur le site de Générations Futures, en passant votre souris sur le département qui vous intéresse, vous verrez les pesticides les plus vendus dans cette zone, le classement du département par rapport aux autres départements et vous pourrez télécharger les données complètes sous format PDF.

Les scientifiques ont réussi à transformer du CO2 en charbon Un peu d’espoir pour l’avenir! Enfin une bonne nouvelle?

Les scientifiques ont réussi à transformer du CO2 en charbon Un peu d’espoir pour l’avenir

http://www.wikistrike.com/2019/03/les-scientifiques-ont-reussi-a-transformer-du-co2-en-charbon-un-peu-d-espoir-pour-l-avenir.html

 Les scientifiques ont réussi à transformer du CO2 en charbon Un peu d'espoir pour l'avenir

Des scientifiques ont développé une nouvelle technique qui permet de transformer le CO2 en charbon solide ! Grâce à leur expérience révolutionnaire, ils pensent pouvoir éliminer de manière « sûre et permanente » les gaz à effet de serre nocifs dans l’atmosphère. De plus, les sous-produits issus de cette transformation pourraient être utilisés par les véhicules du futur, durables et respectueux de l’environnement !

 

TRANSFORMER LE CO2 EN CHARBON SOLIDE

Une équipe de recherche dirigée par l’Université RMIT de Melbourne, en Australie, a réussi à transformer le CO2 pour le passer de la forme de gaz à celle de particules solides de carbone, comme du charbon. Dans leur étude publiée dans la revue Nature Communications, les scientifiques assurent que cette nouvelle technique révolutionnaire pourrait permettre une élimination « sûre et permanente » du dioxyde de carbone de notre atmosphère. Actuellement, il existe déjà des techniques de captage et stockage du CO2. Elles consistent à transformer le gaz carbonique en liquide, puis de l’injecter sous terre.

Néanmoins, la probabilité d’une fuite des sites de stockage de carbone n’est pas à exclure. De plus, ces méthodes ne sont pas viables économiquement. Alors, elles sont peu utilisées. Toutefois, cette nouvelle technique révolutionnaire se présente comme une alternative particulièrement intéressante. Tout d’abord, il n’y a plus aucun risque de fuite toxique, puisque le prototype des scientifiques permet d’obtenir des paillettes solides de carbone, comme du charbon. Ainsi, le carbone est beaucoup plus facile à stocker de manière sécurisée. Ensuite, cette méthode est bien plus viable économiquement.

De plus, elle génère des sous-produits intéressants, comme le souligne Dorna Esrafilzadeh, auteur principale de l’étude: « L’un des avantages secondaires du procédé est que le carbone peut retenir la charge électrique, devenant ainsi un super condensateur, et pourrait donc être utilisé comme composant dans les futurs véhicules », tels que la Citroën Ami One. Elle ajoute que : « Le procédé produit également du carburant synthétique comme sous-produit, qui pourrait aussi avoir des applications industrielles ».

 

UNE MÉTHODE D’ÉLECTROLYSE DES MÉTAUX LIQUIDES

Pour parvenir à convertir le CO2 sous forme de gaz en particules solides de carbone, les chercheurs ont utilisé une méthode d’électrolyse. Ils ont ainsi conçu un catalyseur aux propriétés spécifiques qui le rendent extrêmement efficace pour conduire l’électricité tout en activant chimiquement la surface.

La première étape reste toutefois de dissoudre le dioxyde de carbone dans un bécher qui contient un électrolyte liquide et une petite quantité de métal liquide. Puis, il est chargé avec un courant électrique. Alors, lentement, le CO2 se transforme en paillettes solides de carbone. Elles se détachent naturellement de la surface du catalyseur, ce qui permet une production continue.

Comme l’explique le Dr Torben Daeneke, chercheur au RMIT : « Jusqu’à présent, le CO2 n’a été transformé en solide qu’à des températures extrêmement élevées, ce qui le rend non viable sur le plan industriel. En utilisant les métaux liquides comme catalyseur, nous avons démontré qu’il est possible de transformer le gaz en carbone à température ambiante, dans un processus efficace et évolutif ». Cette nouvelle technique nécessite encore quelques recherches, mais elle représente un premier pas vers une dépollution de notre atmosphère.

 

Lu ici

Le pôle nord magnétique se déplace de façon étrange. Les scientifiques s’interrogent! À voir aussi: «En Antarctique, on prépare les gens à des missions spatiales»!

Le pôle nord magnétique se déplace de façon étrange

Le pôle nord magnétique se déplace de façon étrange

Le champ magnétique terrestre connaît des variations brutales qui peuvent perturber les instruments de navigation dans certaines régions et poussent les scientifiques à mettre à jour les cartes magnétiques globales.

C’est un transfuge post-guerre froide que l’on savait imminent: en 2018, le pôle Nord magnétique est passé à l’est. Ce point de convergence des lignes du champ magnétique terrestre (différent du pôle Nord géographique qui est défini par l’axe de rotation de la Terre) se déplace en effet lentement depuis le Canada vers la Sibérie depuis très longtemps. Il était inéluctable qu’il franchisse un jour le 180e méridien qui, avec le méridien de Greenwich, sépare la Terre en deux hémisphères, est et ouest – c’est aussi ce méridien qui définit la ligne de changement de date (même si pour des raisons pratiques évidentes celle-ci contourne les pays que le méridien traverse).

» LIRE AUSSI – L’eau salée des océans produit un très léger champ magnétique

Le pôle nord magnétique bouge beaucoup plus vite depuis le milieu des années 90 environ.

Connu depuis 1831, le mouvement du pôle Nord magnétique n’a jamais été parfaitement régulier. Mais depuis le milieu des années 1990, il s’est tout de même accéléré dans des proportions inédites. De 15 km/an, le pôle se déplace depuis à une vitesse de 55 km/an. Résultat: il a déjà parcouru autant de distance depuis l’an 2000 que pendant l’intégralité du 20e siècle. Ce qui pousse les spécialistes à adapter les modèles magnétiques intégrés dans les instruments de navigation avec un peu d’avance par rapport au calendrier prévu, révélait le site de Nature la semaine dernière. Le World Magnetic Model (WMM) fourni par la NOAA américaine et le British Geological Survey à l’administration américaine, à l’OTAN et à d’autres organisations internationales sera ainsi modifié dès le 30 janvier plutôt qu’en 2020.

Le pôle Nord magnétique sert en effet encore et toujours… à nous diriger sur Terre! Si les systèmes de positionnement par satellite (GPS américain, Galileo européen, Glonass russe ou Beidou chinois) nous donnent parfaitement notre position sur Terre, à quelques mètres près, ils ne donnent pas le cap, c’est-à-dire la direction dans laquelle nous sommes orientés. Pour cela, nous dépendons toujours des bonnes vieilles boussoles et autres compas magnétiques.

Un décalage trop important

Et les instruments les plus perfectionnés intègrent un modèle magnétique global qui donne la direction et l’intensité précise du champ magnétique en tout point du globe à un instant donné. En comparant l’indication de «l’aiguille» avec cette donnée, on peut déterminer correctement la direction réelle dans laquelle on est orientée à la surface de la Terre, mais aussi jusqu’à 1000 km d’altitude environ.

L’accélération du déplacement du pôle Nord magnétique en elle-même est bien connue. Mais elle se conjugue à un autre phénomène: des impulsions, appelées secousses géomagnétiques, qui donnent par endroits une sorte de «coup d’accélérateur» au champ magnétique. Il s’en est produit une en 2016 qui a conduit peu à peu le modèle à diverger par rapport aux mesures réalisées depuis l’espace.

«Les deux phénomènes s’additionnent d’une certaine façon, si bien que dans une zone autour du pôle Nord, cela donne lieu à des décalages trop importants entre le World Magnetic Model que nous élaborons et les observations», explique Arnaud Chulliat, géophysicien à l’université du Colorado à Boulder et à la NOAA américaine. Décision fut donc prise l’année dernière de mettre à jour le modèle et d’en «distribuer» une nouvelle version dès le 15 janvier. Le «shutdown» qui touche actuellement tous les services publics américains, dont la NOAA, a poussé l’administration à reporter au 30 janvier cette dissémination.

Le champ magnétique global faiblit

Le WMM n’est pas le seul modèle de référence. Il en existe au moins un autre, l’International Geomagnetic Reference Field, mis au point par un consortium international de chercheurs. Mis à jour tous les 5 ans, sa prochaine version sortira a priori comme prévu en 2020.

Quant aux origines profondes de ces fluctuations du champ magnétique terrestres, elles ne sont pas encore parfaitement comprises. «Ce sont les mouvements de fer liquide dans le noyau terrestre qui donnent naissance au champ magnétique global», rappelle Julien Aubert, spécialiste de la modélisation de ces écoulements à l’Institut de physique du globe de Paris. «Nous voyons dans les simulations que les écoulements de fer liquide autour de la graine produisent assez naturellement ces mouvements erratiques du pôle autour du pôle géographique. Mais il reste difficile de prédire leur évolution exacte. Quant aux impulsions, nous pensons qu’elles sont provoquées par l’arrivée à la surface d’ondes hydromagnétiques, sortes de vagues de fer liquide qui naissent plus en profondeur dans l’écoulement».

Pour le moment, ces simulations ne permettent pas de prédire assez finement l’évolution du champ magnétique pour se substituer aux modèles empiriques utilisés par les compas magnétiques. Elles permettent en revanche de comprendre de mieux en mieux l’évolution globale de notre environnement magnétique et de prévoir son affaiblissement progressif au cours du siècle prochain.


À voir aussi: «En Antarctique, on prépare les gens à des missions spatiales»

Jérome Chappellaz (Institut polaire français) :«En Antarctique, on prépare les gens à des missions spatiales » – Big Bang Santé Figaro 2018
Share

Play Video

Jérome Chappellaz (Institut polaire français) :«En Antarctique, on prépare les gens à des missions spatiales » – Big Bang Santé Figaro 2018 – Regarder sur Figaro Live