La vérité est ailleurs

Le chaos du monde ne naît pas de l'âme des peuples, des races ou des religions, mais de l'insatiable appétit des puissants. Les humbles veillent!

Agressions et violences gratuites

Le language corporel du pervers narcissique! Tres intéressant sous bien des aspects, pièges a éviter! Acte I..

 

 

Publicités

EN DIRECT – Suivez la 12ème journée de mobilisation des « gilets jaunes » à Paris et en province! la journée de samedi, la douzième de mobilisation, devrait être marquée par un hommage aux victimes de ce mouvement sans précédent (plus d’une centaine de blessés graves selon le collectif militant « Désarmons-les » et le journaliste indépendant David Dufresne) et ce, d’autant plus que le Conseil d’État a rejeté vendredi les demandes de suspension de l’usage de lanceurs de balle de défense (LBD)!

EN DIRECT – Suivez la 12ème journée de mobilisation des « gilets jaunes » à Paris et en province

EN DIRECT - Suivez la 12ème journée de mobilisation des "gilets jaunes" à Paris et en province

© Alain JOCARD / AFP

Le mouvement des « gilets jaunes » de lutte pour le pouvoir d’achat et de critique de la politique du gouvernement connaît samedi son douzième épisode.

Le rituel est désormais immuable depuis le 17 novembre dernier. Chaque samedi, plusieurs dizaines de milliers de personnes arborant des « gilets jaunes » se mobilisent en France pour réclamer davantage de pouvoir d’achat et dénoncer la politique du gouvernement. En dehors des revendications traditionnelles scandées sur les ronds-points ou dans les rues de l’Hexagone depuis plus de deux mois, la journée de samedi, la douzième de mobilisation, devrait être marquée par un hommage aux victimes de ce mouvement sans précédent (plus d’une centaine de blessés graves selon le collectif militant « Désarmons-les » et le journaliste indépendant David Dufresne) et ce, d’autant plus que le Conseil d’État a rejeté vendredi les demandes de suspension de l’usage de lanceurs de balle de défense (LBD).

Les trois informations essentielles :

  • « L’acte 12 » de la mobilisation des « gilets jaunes » doit servir d’hommage aux dizaines de blessés graves depuis deux mois et demi
  • Un défilé est prévu à Paris, ainsi que plusieurs manifestations en province, comme à Bordeaux ou Toulouse, foyers de la contestation
  • Un important rassemblement est également prévu à Valence, dans la Drôme, où 10.000 personnes sont attendues

Un défilé hommage prévu à Paris. Dans la capitale, les « gilets jaunes » appellent ainsi à une « marche blanche » dans le « calme » en hommage « aux blessés et aux mutilés victimes de la violence policière ». Des manifestants, qui ont perdu un oeil après un tir de LBD, une main après l’explosion de grenades lacrymogènes GLI-F4, ou ont été blessés par des projectiles de grenade de désencerclement DMP, y réclameront l’interdiction de ces trois armes. Samedi dernier, à la fin de la manifestation parisienne, une figure connue des « gilets jaunes », Jérôme Rodrigues, a été gravement touché à l’oeil par un tir de LBD ou des éclats de grenade DMP, alors qu’il filmait le rassemblement. La manifestation de samedi, déclarée en préfecture, doit débuter à partir de midi de la place Daumesnil, dans le 12ème arrondissement de la capitale, selon un événement Facebook baptisé « Acte 12 L’ImPaCt ». Les participants sont appelés à venir « déguisés » en blessés, avec notamment de faux bandages sur les yeux.

Le Conseil d’Etat a toutefois déjà rejeté les demandes de suspension de l’usage du lanceur de balles de défense (LBD), estimant que le risque de violences rendait « nécessaire de permettre aux forces de l’ordre de recourir à ces armes ». La CGT et la Ligue des droits de l’homme (LDH) avaient tenté mercredi, lors d’une audience tenue en urgence, de convaincre les juges administratifs d’interdire cette arme à l’origine de nombreuses blessures graves et utilisée plus de 9.200 fois depuis le début du mouvement de contestation sociale.

Les arguments étaient nombreux : « arme mutilante », doute sur les « conditions légales d’utilisation », « formation insuffisante ». Ils ont tous été balayés par la plus haute juridiction administrative, qui a pleinement entendu la voix du gouvernement. « Extrêmement déçus », les requérants ont aussitôt annoncé le dépôt d’un nouveau recours – au fond et non plus en urgence – qui ne sera pas examiné avant plusieurs mois, a annoncé l’avocat de la LDH, Patrice Spinosi.

Des manifestations aussi attendues en province. À Marseille, les « gilets jaunes » ont prévu, en prélude au défilé sur le Vieux port, l’érection d’un « mur de la honte » en souvenir des quatorze personnes mortes (onze en France, trois en Belgique) en marge des manifestations depuis le début du mouvement le 17 novembre. Des « gilets jaunes » se rassembleront également samedi à Nancy « contre les violences policières » ainsi qu’à Nantes dimanche.

Plutôt en baisse à Paris, la mobilisation est restée soutenue ces derniers week-ends dans plusieurs villes de province, notamment à Toulouse et Bordeaux, avec des heurts parfois violents avec les forces de l’ordre. À Bordeaux, où le Premier ministre Édouard Philippe s’est rendu vendredi afin de soutenir les commerçants, les manifestants sont appelés à se rassembler samedi comme d’habitude en début d’après-midi, tout comme à Nantes, Rouen ou Caen.

À Toulouse, où des incidents ont eu lieu lors des dernières journées de mobilisation, les « gilets jaunes » entendent innover ce week-end, en ordre dispersé, certains affichant le souhait de sortir du cercle vicieux des manifestations avec violences des samedis précédents.

Valence, l’un des « points chauds » identifiés. À Valence, dans la Drôme, où le président de la République s’était déplacé la semaine dernière, les autorités attendent jusqu’à 10.000 manifestants samedi après-midi, alors qu’ils n’étaient que 700 le week-end dernier. L’effet d’un appel à une « marche régionale » rassemblant tous les « gilets jaunes » d’Auvergne-Rhône-Alpes. « On nous parle de 10.000 manifestants, dont une proportion de 10% de casseurs, selon le renseignement intérieur », a affirmé vendredi sur Europe 1 Nicolas Daragon, le maire Les Républicains de la ville. Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a confirmé que Valence serait « l’un des points sur lesquels il y aura des forces de l’ordre particulièrement mobilisées ».

Samedi dernier, le ministère de l’Intérieur avait dénombré 69.000 « gilets jaunes » mobilisés dans l’ensemble du pays, en baisse par rapport aux 84.000 recensés une semaine plus tôt, un comptage contesté acte après acte par les manifestants.

Les députés ont voté pour limiter la liberté de manifester! Ca y est, ils l’ont fait! L’affaire pourrait même être portée devant la Cour européenne des droits de l’homme. La Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, Dunja Mijatović, déclarait d’ailleurs lundi 28 janvier, après une visite en France, son inquiétude concernant l’interdiction de manifester et le délit de dissimulation du visage..

Les députés ont voté pour limiter la liberté de manifester

31 janvier 2019 / Marie Astier (Reporterre)

     

Interdictions de manifester, fouilles « préventives », peine de prison pour dissimulation du visage… le gouvernement a fait adopter par l’Assemblée la proposition de loi pour la prévention et la sanction des violences lors des manifestations dans la nuit de mercredi à jeudi.

Possibilité pour les préfets de prononcer des interdictions de manifester ; fouille des personnes, bagages et véhicules dans une manifestation et à ses abords sur réquisition du procureur… Voici quelques-unes des mesures de la proposition de loi « anti-casseurs »adoptées par les députés depuis le début des discussions mardi janvier 2019.

Le texte ne comporte que 8 articles, mais a suscité le dépôt de 263 amendements, et de longues séances de débat jusque tard dans la nuit. Les principales dispositions ont été adoptées, le vote solennel sur le texte complet devrait avoir lieu mardi 5 février.

Il a suscité une levée de boucliers des associations de défense des droits de l’Homme et des députés de gauche de l’opposition (France insoumise, communistes, PS). Comme vous l’expliquait Reporterre il y a une semaine, il contient une série de mesures considérées par certains comme liberticides, pouvant notamment restreindre fortement la liberté de manifester. Même certains députés de la majorité ont fortement critiqué le texte, tel Aurélien Taché : « On ne peut restreindre les libertés que dans des cas bien précis, sous contrôle du juge, a-t-il expliqué à ReporterreLe droit commun ne peut instaurer un régime de restriction par principe et de liberté par exception. C’est ce qui est en germe dans cette loi. »

Trois mesures en particulier ont suscité des inquiétudes et des discussions nourries :

  • La possibilité d’effectuer des fouilles aux abords de la manifestation afin de confisquer les « armes par destination » ;
  • L’interdiction de manifester pouvant être prononcée par le préfet ;
  • La création du délit de dissimulation du visage, passible de 15.000 euros d’amende et de 1 an de prison (ce n’est aujourd’hui passible que d’une contravention).

Pour défendre la reprise à son compte de ce texte, d’abord proposé par le sénateur Les Républicains Bruno Retailleau, le ministre de l’Intérieur a parlé de « brutes » : « Nous avons choisi de défendre les millions de Français qui n’en peuvent plus plutôt que quelques milliers de brutes », a déclaré Christophe Castaner, en introduction des débats à l’Assemblée nationale. Le mot, soigneusement choisi, donne le ton de la sévérité de la réponse qu’entend donner le gouvernement aux violences qui ont émaillé les manifestations des Gilets jaunes ces dernières semaines. Notons qu’il y a huit jours, devant les députés de la commission des Lois, il avait parlé d’une loi visant jusqu’à « 200 » casseurs.

Le ministre de l’Intérieur a défendu son texte mercredi 30 janvier, qui permettrait selon lui de protéger les manifestants contre « quelques milliers de brutes ». Devant la commission des Lois de l’Assemblée nationale, la semaine passée, le ministre évoquait « 200 casseurs » seulement.

Interpellations massives

Malgré d’intenses débats, finalement, « le texte a pour l’instant peu bougé », estime Ugo Bernalicis, député La France insoumise.

Les articles 1 et 2 sont ceux qui ont suscité le plus d’inquiétudes et discussions dans l’hémicycle. L’article premier prévoyait dans sa première version l’instauration de périmètres de sécurité à l’image de ceux utilisés pendant l’Euro 2016 de football, qui permettraient de fouiller toute personne souhaitant entrer dans une zone, sur simple décision du préfet. Finalement, les députés ont suivi le gouvernement : la mention des périmètres de sécurité a disparu, mais sur réquisition du procureur de la République, il sera possible pour les forces de l’ordre de procéder à la fouille des personnes, bagages et véhicules dans et aux abords d’une manifestation, le but étant de repérer tout objet pouvant être utilisé comme une arme. Le tout sera possible jusqu’à 24 heures avant la manifestation, alors que les députés La République en marche (LREM) et notamment la rapporteuse du texte Alice Thourot souhaitaient le limiter à deux heures.

Le député (France insoumise) Ugo Bernalicis, mercredi 30 janvier 2019, à l’Assemblée nationale.

« C’est très flou, on pourra considérer comme une arme y compris des choses assez insolites, regrette Vincent Chamoillaux, le secrétaire général du Syndicat de la magistrature. On risque de tomber dans une pratique assez extensive, justifiant de nombreuses gardes à vue, juste parce que vous avez une hampe pour porter votre drapeau. » « Les gens ne seront pas forcément poursuivis, mais ils auront été privés de liberté jusqu’à 48 heures et ce sera inscrit dans le fichier des antécédents judiciaires alors qu’ils voulaient juste aller en manif », ajoute Nicolas Krameyer d’Amnesty International. « Cela ferait un motif de plus permettant de justifier des interpellations massives, telles que celles pratiquées les 1er et 8 décembre, où l’on avait aussi utilisé un délit putatif de regroupement en vue de commettre des violences. »

Ugo Bernalicis, lui, doute que cette disposition change grand-chose aux pratiques déjà en vigueur : « C’est ridicule. Aujourd’hui, quand vous allez en manifestation, déjà, de fait, vous vous faites fouiller et vous ne pouvez pas aller manifester si vous refusez. C’est de l’affichage. » Le gouvernement propose que l’article soit retravaillé lors de la navette parlementaire.

Plus inquiétant encore pour les défenseurs des droits de l’Homme et des libertés individuelles, l’article 2. Celui-ci donne la possibilité aux préfets, donc au pouvoir exécutif, de prononcer une interdiction de manifester d’un mois contre une personne ayant commis un « acte violent » ou dont les « agissements » lors d’une manifestation« ont donné lieu à des atteintes graves à l’intégrité physique des personnes ainsi que des dommages importants aux biens », permettant de supposer qu’elle « constitue une menace d’une particulière gravité pour l’ordre public ». Le non-respect de cette interdiction sera puni de six mois de prison et 7.500 euros d’amende. « En aucun cas il ne s’agit d’autre chose que de garantir le droit de manifester », a affirmé le ministre de l’Intérieur.

Lors de la manifestation des Gilets jaunes à Paris, le 1er décembre 2018. La loi « anti-casseurs » prévoit 15.000 euros d’amende et un an de prison pour les manifestants qui dissimuleraient leur visage.

« On renverse la logique de la présomption d’innocence, estime Vincent Chamoillaux. Sans procédure contradictoire, le préfet va pouvoir vous interdire de manifester et c’est à vous de contester. Les critères sont extrêmement flous et permettent de viser large. » « Pendant l’état d’urgence, plus de 700 arrêtés préfectoraux d’interdiction de manifester ont été pris », rappelle Nicolas Krameyer. Le gouvernement estime, lui, concilier « les besoins opérationnels » et « les nécessaires garanties en matière de préservation des droits fondamentaux. »

Une dizaine de députés de la majorité avaient déposé un amendement de suppression de cet article, refusé. « Les préfets, aujourd’hui, ne feraient pas n’importe quoi. Mais demain un autre pouvoir pourrait avoir une appréciation extrêmement large de l’interdiction de manifester. Je suis très, très soucieux de cela », explique Aurélien Taché, porteur de cet amendement. Tous les garde-fous proposés par le député et une dizaine de parlementaires LREM, notamment un droit de regard du procureur, ont également été refusés.

Seule bonne nouvelle, selon Ugo Bernalicis, « ils ont retiré le paragraphe qui élargissait l’interdiction de manifester aux personnes en relation avec les individus considérés comme menaçant l’ordre public ».

L’article 2 va avec l’article 3, qui prévoit l’inscription des personnes frappées d’une interdiction de manifester au fichier des personnes recherchées. « C’est un fichier où sont inscrites les personnes ayant subi une condamnation », regrette Ugo Bernalicis.

Éviter une censure du Conseil constitutionnel

Enfin, l’article 4 a également été adopté mercredi 30 janvier dans la soirée. Les amendements du gouvernement et de la rapporteure n’introduisent pas de modifications majeures. Il crée le délit de dissimulation du visage, puni d’un an d’emprisonnement et de 15. 000 euros d’amende alors que ce n’est pour l’instant qu’une contravention. « Cela va permettre de placer des personnes en garde à vue », redoute Nicolas Krameyer. Ugo Bernalicis, lui, doute de son effectivité : « L’amende est déjà très peu prononcée, et quand il y en a, beaucoup sont levées car il existe une jurisprudence qui dit que porter un passe-montagne n’est pas masquer son visage. »

En somme, « sur le fond, les mesures restent les mêmes, estime Vincent Chamoillaux. Simplement, le gouvernement essaye de les formuler plus subtilement du point de vue juridique afin d’éviter une censure du Conseil constitutionnel ».

Reste à savoir dans quel délai le texte entrera en application. C’est une proposition de loi, donc le gouvernement ne peut pas, pour une fois, le passer en procédure accélérée. La navette parlementaire entre les deux chambres peut durer quelques mois. Puis, sa constitutionnalité sera examinée.

L’affaire pourrait même être portée devant la Cour européenne des droits de l’homme. La Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, Dunja Mijatović, déclarait d’ailleurs lundi 28 janvier, après une visite en France, son inquiétude concernant l’interdiction de manifester et le délit de dissimulation du visage : « De telles mesures, dont la proportionnalité me semble contestable, ne m’apparaissent pas nécessaires pour garantir efficacement la liberté de réunion et risquent d’être, au contraire, perçues comme une entrave à l’exercice de cette liberté. Dans un contexte si délicat, j’invite le gouvernement et le législateur à ne pas aller dans cette direction et à privilégier les voies du dialogue et à garantir le respect des droits de l’Homme et des libertés fondamentales. »