La vérité est ailleurs

Le chaos du monde ne naît pas de l'âme des peuples, des races ou des religions, mais de l'insatiable appétit des puissants. Les humbles veillent!

Afrique

L’UPR estime que 75 ans après le débarquement du 6 juin 1944, il est temps que les Français aient une vision précise, et conforme à la réalité historique, des intentions du gouvernement américain à la fin de la Seconde Guerre Mondiale s’agissant de la France

François Asselineau demande à M. Macron de commémorer le débarquement de Provence du 15 août 1944 et d’expliquer aux Français pourquoi De Gaulle refusa constamment de commémorer celui du 6 juin 1944.

<img class="i-amphtml-intrinsic-sizer" style="max-width: 100%; display: block !important;" role="presentation" src="data:;base64, » alt= » » aria-hidden= »true » />

François Asselineau demande à M. Macron de commémorer fastueusement le débarquement de Provence du 15 août 1944 qui permit à environ 230 000 soldats français, parmi lesquels une majorité de soldats issus des colonies d’Afrique, de contribuer à libérer la France de l’Occupation allemande.

Sans les forces militaires françaises et sans la Résistance, toutes deux placées sous l’autorité de De Gaulle, la France n’aurait pas pu prétendre à la victoire contre l’Allemagne nazie et aurait été traitée par les Alliés comme un territoire ennemi occupé.

François Asselineau demande également à M. Macron d’expliquer aux Français pourquoi De Gaulle refusa toujours de commémorer le débarquement du 6 juin 1944. Les grands médias nationaux pourraient également réaliser un documentaire à ce sujet qui, sans doute, passionnera nos compatriotes.

L’Union populaire républicaine (UPR), pour sa part, re-publie les documents historiques qui rappellent, par la voix du fondateur de la France Libre, que le projet de Roosevelt était de placer à la tête de l’Hexagone un gouvernement fantoche entièrement à sa botte.

L’UPR estime que 75 ans après le débarquement du 6 juin 1944, il est temps que les Français aient une vision précise, et conforme à la réalité historique, des intentions du gouvernement américain à la fin de la Seconde Guerre Mondiale s’agissant de la France, ce qui n’empêche pas de rendre un hommage reconnaissant aux soldats alliés morts sur les plages de Normandie.

<img class="i-amphtml-intrinsic-sizer" style="max-width: 100px; display: block !important; height: auto;" role="presentation" src="data:;base64, » alt= » » aria-hidden= »true » />

Union populaire républicaine. La France doit sortir de l’Union européenne, de l’euro et de l’Otan.

Publicités

Bye Bye Blue Sky – Documentaire de Patrick Pasin 2013! Scientifiques, pilotes, journalistes et bien d’autres spécialistes en géo ingénierie témoignent.. Des tests effectués dans plusieurs pays; baryium et aluminium jusque dans les bacs à sable pour enfants en France! Et plus encore, cette vidéo doit être partagéepar le plus grand nombre! Merci.

Bye Bye Blue Sky – Documentaire de Patrick Pasin 2013

Depuis plus de vingt ans un peu partout dans le monde, d’abord aux Etats-Unis et au Canada, ont commencé à apparaître dans le ciel d’étranges traînées laissées par les avions. Dans le même temps, les populations sont de plus en plus malades (Alzheime…et bien d’autres!)

Des tests effectués dans plusieurs pays; baryium et aluminium jusque dans les bacs à sable pour enfants en France! Et des commandes de baryum par Appels d’offres de l’armée française! Des virus également trouvés,  alors qui conspire??

Le recyclage mondial en plein chaos depuis que la Chine a fermé sa poubelle! Des montagnes de déchets qui s’entassent dans les pays occidentaux, aux villes d’Asie du Sud-Est qui croulent sous les emballages importés, le circuit du recyclage mondial est en crise depuis que la Chine ne veut plus être la poubelle du monde! Le saviez-vous?

Le recyclage mondial en plein chaos depuis que la Chine a fermé sa poubelle

Le recyclage mondial en plein chaos depuis que la Chine a fermé sa poubelle
Des déchets plastiques devant des palmiers, dans une usine de recyclage désaffectée à Jenjarom, près de Kuala Lumpur en Malaisie, le 8 mars 2019 © AFP/Mohd RASFAN
Kampung Jenjarom (Malaisie) (AFP)

Des montagnes de déchets qui s’entassent dans les pays occidentaux, aux villes d’Asie du Sud-Est qui croulent sous les emballages importés, le circuit du recyclage mondial est en crise depuis que la Chine ne veut plus être la poubelle du monde.

Pour ne plus être la première destination mondiale du recyclage, Pékin a banni début 2018 l’importation de plastiques et de plusieurs autres catégories de déchets qu’elle recyclait jusqu’alors.

Les déchets plastiques des pays développés ont commencé à être redirigés massivement vers plusieurs pays d’Asie du Sud-Est où des industriels chinois du recyclage ont transféré leurs activités.

« Ça a été comme un tremblement de terre », a confié Arnaud Brunet, directeur du Bureau international du recyclage (BIR) basé à Bruxelles. « La Chine était le premier marché des déchets recyclables. » Et sa fermeture a « créé un choc sur toute la planète ».

En Asie du Sud-Est, la Malaisie a été la plus affectée. Le pays, qui compte une importante minorité chinoise, est devenu une destination de choix pour les industriels cherchant à déménager leur activité de Chine. Résultat, les importations de plastique du pays ont triplé depuis 2016 pour atteindre 870 000 tonnes l’an dernier, selon des données officielles.

Dans la petite ville de Jenjarom, près de Kuala Lumpur, les usines de retraitement de plastique ont poussé comme des champignons, et se sont mises à émettre des fumées toxiques.

Des montagnes de plastique parsèment le paysage. On y trouve toutes sortes de déchets, emballages alimentaires, bidons de lessives ou sacs en plastique venant de France, d’Allemagne, voire des Etats-Unis ou du Brésil.

Très rapidement, les habitants se sont plaints de l’odeur venant du recyclage des déchets plastiques mais aussi, pensent les défenseurs de l’environnement, de l’incinération des types de plastiques qui ne peuvent pas être recyclés.

Fumées toxiques

« Les gens ont été pris à la gorge par des fumées toxiques. Il y en avait beaucoup qui toussaient sans cesse », explique à l’AFP Pua Lay Peng, un habitant de 47 ans. « Je ne pouvais plus dormir, ni me reposer, je me sentais toujours fatigué. »

Avec d’autres habitants, il a enquêté. Mi-2018 avait déjà trouvé une quarantaine d’usines, dont beaucoup sans permis. Après de nombreuses plaintes sans réponse, les autorités ont finalement agi. Des usines ont fermé et les permis d’importation de plastique ont été gelés temporairement.

En septembre, 33 usines avaient fermé à Jenjarom et la qualité de l’air s’est améliorée même si les amoncellements de plastique sont restés. Les défenseurs de l’environnement pensent que les opérations de recyclage ont été déplacées ailleurs.

Pour les pays occidentaux, qui se reposaient sur la Chine, chercher de nouvelles destinations capables de retraiter leur trop plein de déchets est aussi un casse-tête.

Alors que les industriels du recyclage estiment souvent que les coûts sont trop élevés pour retraiter les déchets dans leur pays d’origine, certains ont eu recours aux décharges ou aux incinérateurs faute de mieux.

« Au bout d’un an, nous en sentons toujours les effets mais nous n’avons pas encore avancé vers une solution », déplore Garth Lamb, président de l’association australienne de l’industrie du recyclage et du traitement des déchets.

Certains pourtant ont su s’adapter. La ville d’Adelaide, dans le sud de l’Australie, qui expédiait l’essentiel de ses déchets en Chine retraite désormais sur place 80% de ses détritus, la plupart des déchets restants étant envoyé en Inde.

« En aidant les acteurs locaux, nous avons été capable de retrouver des prix similaires à ceux d’avant l’interdiction chinoise », souligne Adam Faulkner, responsable de l’organisme qui gère les déchets du Nord d’Adelaide.

Consommer moins de plastique

En Chine, les importations de plastique ont chuté de 600 000 tonnes par mois en 2016 à 30 000 tonnes par mois en 2018, selon les chiffres d’un nouveau rapport de Greenpeace et de l’ONG Alliance globale pour les alternatives à l’incinération (GAIA). Des zones entières dédiées au recyclage ont été abandonnées.

Dans la ville de Xingtan au sud du pays, où le secteur était florissant, « les usines de recyclage sont parties, il y a des panneaux ‘A louer’ sur les bâtiments et on voit des annonces pour recruter des employés expérimentés au Vietnam », explique à l’AFP Chen Liwen, fondateur de l’ONG Zero Waste Alliance en Chine.

Le recyclage mondial en plein chaos depuis que la Chine a fermé sa poubelle
Temps actuel 0:15
Duration 1:39

Si la Malaisie, la Thaïlande et le Vietnam, premiers pays visés par les industriels, ont pris des mesures pour limiter les importations de plastique, les flux ont été redirigés vers d’autres pays moins régulés comme l’Indonésie et la Turquie, selon le rapport de Greenpeace.

Mais alors que 9% seulement du plastique produit est recyclé, la seule solution à long terme est de fabriquer et de consommer moins de plastique, plaide l’organisation de défense de l’environnement.

« Les circuits de recyclage n’arrivent pas rattraper la production de plastique », souligne Kate Lin, chargée des campagnes de l’organisation.

L’Union européenne est contrainte de participer aux guerres US par Thierry Meyssan Depuis le Traité de Maastricht, tous les membres de l’Union européenne (y compris des pays neutres) ont placé leur défense sous la suzeraineté de l’Otan ; laquelle est exclusivement dirigée par les États-Unis. C’est pourquoi, lorsque le Pentagone délègue au département du Trésor le siège […]

via L’Union européenne est contrainte de participer aux guerres US — Ombre43