Politique

En raison d’un vide juridique et de la pression des industriels, des produits contaminés pourraient échapper à un rappel, voire être remis en vente. . Et ce à l’initiative de la Commission européenne, d’après le syndicat Solidaires de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) qui a alerté sur le sujet le 29 juin. Que faire si vous êtes concernés ? Voir dans le bas de l’article ci dessous ! Les lobbyings gagnent toujours auprès de la CEE, on relève les taux d’acceptation des produits cancérigènes comme « on » l’a fait pour la radioactivité après FUKUSHIMA !

Oxyde d’éthylène : des produits alimentaires contaminés… qui pourraient être remis sur le marché

  •  Un allégement des mesures de retrait/rappel de produits contaminés, selon le syndicat solidaires.Un allégement des mesures de retrait/rappel de produits contaminés, selon le syndicat solidaires. archives CP

Vie pratique – ConsoSociétePublié le 04/07/2021 à 19:13 , mis à jour à 20:49

En raison d’un vide juridique et de la pression des industriels, des produits contaminés pourraient échapper à un rappel, voire être remis en vente.

Des glaces, des sucres pour confitures, des produits surgelés, des conserves de poisson, du sésame, des biscuits, des fromages… La liste des produits rappelés ce mois-ci des étals des supermarchés est longue, près de 1 500 références et quelque 6 000 lots de produits alimentaires ont été ainsi rappelés en raison d’un taux trop élevé d’oxyde d’éthylène.

A lire aussi : De nouveaux produits alimentaires rappelés pour un trop fort taux de pesticide

Mais à présent, selon 60 millions de consommateurs, la donne a changé depuis quelques jours. Et ce à l’initiative de la Commission européenne, d’après le syndicat Solidaires de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) qui a alerté sur le sujet le 29 juin.https://platform.twitter.com/embed/Tweet.html?creatorScreenName=cpaveyron&dnt=false&embedId=twitter-widget-0&features=eyJ0ZndfZXhwZXJpbWVudHNfY29va2llX2V4cGlyYXRpb24iOnsiYnVja2V0IjoxMjA5NjAwLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X2hvcml6b25fdHdlZXRfZW1iZWRfOTU1NSI6eyJidWNrZXQiOiJodGUiLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X3R3ZWV0X2VtYmVkX2NsaWNrYWJpbGl0eV8xMjEwMiI6eyJidWNrZXQiOiJjb250cm9sIiwidmVyc2lvbiI6bnVsbH19&frame=false&hideCard=false&hideThread=false&id=1410247177297874944&lang=fr&origin=https%3A%2F%2Fwww.centrepresseaveyron.fr%2F2021%2F07%2F04%2Foxyde-dethylene-des-produits-alimentaires-contamines-qui-pourraient-etre-remis-sur-le-marche-9651071.php&sessionId=a594e535dcb942a908c741badd095826ae6b942d&siteScreenName=cpaveyron&theme=light&widgetsVersion=82e1070%3A1619632193066&width=550px

Simplement ce produit, interdit également dans les pesticides et classé CMR (cancérogène, mutagène, reprotoxique) peut être présent dans d’autres aliments d’un même produit et son ingestion à petites doses sur le long terme peut poser problème.

En cause, un vide juridique dû à une annexe non encore publiée d’un règlement européen, qui laisse indéfinie et non réglementée la présence d’oxyde d’éthylène dans des produits transformés. Alors que la présence de ce pesticide dans des matières premières est interdite. Selon Solidaires, la Commission européenne et l’industrie agroalimentaire se seraient engouffrées dans cette brèche. Les procédures de rappel de produits jusqu’à lors incriminés ont été suspendus, dans le même temps il n’était plus demandé au public de ramener ces produits, ni aux professionnels de les détruire. De plus, les entreprises bénéficient d’une dérogation au cas par cas pour les produits fabriqués avant le 14 juin (notamment ceux contenant un améliorant à base de graine de caroube), à condition de ne pas contenir d’oxyde d’éthylène à trop forte dose. Simplement ce produit, interdit également dans les pesticides et classé CMR (cancérogène, mutagène, reprotoxique) peut être présent dans d’autres aliments d’un même produit et son ingestion à petites doses sur le long terme peut poser problème.

En conséquence, certains des produits retirés ou rappelés dernièrement pourraient, grâce à ce vide juridique, être remis sur le marché, selon 60 millions de consommateurs. Un allégement des procédures que dénonce Solidaires.

Au demeurant, sur le site de la DGCCRF, l’organisme gouvernemental invite tout consommateur à signaler si un des produits retirés est encore commercialisé, en se connectant sur le portail Signal Conso.

Contaminés, rappelés, suspendus, remis sur les étals par dérogation… De quoi avoir l’estomac un brin embrouillé.

Catégories :Politique